12477 vues

Chocolatière

Ganaches, roses des sables, moulages aux formes originales... Transformer des pastilles de chocolat brut en confiseries variées est le tour de magie réalisé chaque jour par Tiphaine et sa petite équipe.

Je m'appelle Tiphaine, je suis chocolatière, donc cheffe d'entreprise.
Dans mon entreprise il y a plusieurs personnes: donc il y a moi qui suis la patronne qui supervise un peu tout le monde.
Après j'ai deux parties, j'ai une partie labo: donc dans le labo j'ai Mathilde ma chef de labo qui supervise toute la production, et sous ses ordres elle a donc une apprentie mais elle peut avoir aussi en période de Pâques ou de Noël un autre employé en plus.
Et l'autre partie ça va être la partie boutique. Donc là en boutique j'ai un vendeur, qui s'occupe donc de la boutique mais aussi de la vente en ligne parce qu'on fait un peu de vente en ligne et j'ai aussi une vendeuse qui fait les marchés ,parce qu'on vend aussi nos chocolats sur les marchés.
Créer ma chocolaterie c'était un peu un rêve d'enfance. C'est bête mais ça m'est venue en regardant un film qui s'appelle "L e Chocolat" avec Juliette Binoche et Johnny Depp où il y a une chocolatière qui arrive dans un petit village tout triste et à la fin du film, petit à petit le village s'éclaire et les gens deviennent heureux grâce au chocolat et quand j'ai vu ça je me suis dit: "C'est ça que je veux faire".
En tant que cheffe d'entreprise, je suis très polyvalente en fait. En fonction des journées, je peux être soit en production donc fabriquer les chocolats, soit en comptabilité par exemple ou m'occuper de regarder les factures, de payer les salaires des salariés. Je peux aussi faire de l'emballage, donc emballer les chocolats et ça peut m'arriver aussi de faire même un peu de vente, si jamais mon vendeur n'est pas disponible au moment ou il a un client. Et je fais aussi un gros travail de recherche de fournisseurs, de recherche de produits toujours plus intéressants. Moi j'ai un parcours un peu atypique. J'ai fait d'abord un bac scientifique général. Après j'ai fait deux premières années de médecine et je me suis rendu compte que ce pas vraiment mon truc. Et comme c'était mon rêve de devenir chocolatière, j'ai décidé de me lancer là dedans et j'ai fait un CAP Cuisine en un an, comme j'avais déjà le bac et ensuite un CAP Chocolatier Confiseur en un an aussi.

Le rythme de travail c'est un petit peu particulier. En chocolaterie on est très très très saisonnier. Du coup on travaille beaucoup à Noël, et à Pâques, c'est vraiment deux périodes qui sont assez intenses. Par exemple à Noël, les salariés font 49 heures par semaine. Par contre on a des périodes vraiment creuses notamment l'été et du coup les salariés qui ont fait 40 heures par semaine à Noël ils ont trois mois de vacances en été. Donc les aspects les moins faciles de ce métier, c'est dans les périodes intenses ou cela peut être vraiment épuisant parce qu'on travaille beaucoup beaucoup. C'est un métier qui est quand même assez physique. Il faut porter les sacs, recevoir les livraisons, les livraisons c'est des cartons de 20 kilos de chocolat. Quelles sont les qualités pour exercer ce métier ? Je pense qu'il faut avoir de la finesse et de la sensibilité, parce que le chocolat c'est quelque chose qu'il faut travailler vraiment avec douceur et sensibilité. Ce qui me motive le plus dans ce métier, moi à la base je suis quand même chocolatière avant d'être cheffe d'entreprise donc ce que j'aime faire c'est vraiment la production, travailler le chocolat. C'est une matière qui est super vivante et on peut faire plein de choses, c'est la créativité et c'est vraiment ça que je préfère faire.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut