Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 29681 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

BIBLIOTHÉCAIRE-RESPONSABLE NUMÉRIQUE

Rencontre avec Cyrille Jaouan, bibliothécaire responsable de la médiation numérique à la médiathèque Marguerite Duras à Paris. Il revient pour nous sur le métier de bibliothécaire et son évolution.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

BIBLIOTHECAIRE RESPONSABLE NUMERIQUE Cyrille Jaouan : Je m'appelle Cyrille, je suis bibliothécaire à la médiathèque Marguerite Duras à Paris. Ça fait 20 ans que je suis bibliothécaire. J'ai commencé ma carrière en Seine-Saint-Denis dans une petite bibliothèque de quartier puis dans une médiathèque. Aujourd'hui, quand je parle aux étudiants, pourquoi tu veux faire le métier de bibliothécaire, j'aime les livres. OK, super, mais ça suffit plus. On a besoin de bibliothécaires qui maîtrisent le numérique. On a besoin de s'intéresser à l'ensemble du spectre culturel, alors, oui, la lecture, le livre, le livre numérique, mais aussi le web, les jeux vidéo. C'est vraiment un nouveau rôle pour les bibliothèques d'assurer cette médiation numérique. Je suis responsable de la médiation numérique, mon rôle, c'est à la fois de faire de la médiation numérique des contenus. C'est-à-dire assurer la présence de la médiathèque sur le web, sur les réseaux sociaux. On s'occupe de l'entité numérique de la bibliothèque, sa présence en ligne. On a un blog qu'on alimente régulièrement et on a un Facebook avec 3 000 personnes, beaucoup d'interactions. On a un twitter aussi qui marche beaucoup. Et on a une activité culturelle, des expos, des conférences, des concerts, il s'agit de faire vivre ces évènements en ligne. Après, on a les contenus, on fait des sélections, les coups de cœur ou des coups de gueule sur des documents. La deuxième mission, c'est d'assurer la médiation au numérique, dans la bibliothèque. C'est-à-dire organiser des ateliers pour les usagers. Des ateliers d'initiation, clavier-souris, comme on dit. Après, on propose d'autres types d'ateliers un peu plus élaborés. Voilà, gérer sa présence en ligne sur Facebook, préparer son voyage en ligne. Voilà, on essaie d'intégrer certaines problématiques, comme, voilà, celle de l'identité numérique ou celle de la protection des données personnelles. Mon rôle à la médiathèque, c'est aussi d'amener les collègues vers le numérique dans leur travail, dans leur politique documentaire. On fait des acquisitions, on s'occupe des livres, des documents, on les met en valeur, on fait des tables thématiques, y compris en ligne. Qu'est-ce que le bibliothécaire a à dire ? Qu'est-ce qu'il a envie de défendre ? Il faut que le bibliothécaire intègre la dimension numérique dans son travail. Aujourd'hui, le bibliothécaire jeunesse, il est parfois applithécaire. Cette règle qu'on fait avec les collègues, on essaie d'expliquer que ce soit de façon tangible, avec des documents physiques ou en ligne, il a le même rôle. Choisir des applications avec du contenu intéressant, de belles illustrations. En fait, c'est un travail de bibliothécaire, c'est ce qu'on fait au quotidien pour les albums jeunesse. Voix enregistrée : Certaines villes comme Paris, on interdit l'usage des désherbants pour nettoyer les rues. Cyril Jaouan : Je suis arrivé en bibliothèque avec le premier CD-Rom, j'ai l'impression que depuis, on a de cesse de s'adapter aux nouveaux outils numériques. J'ai un parcours un peu atypique, j'ai travaillé très jeune pour payer mes études, j'ai eu des responsabilités de famille très jeune. Je suis rentré sans concours sur un poste de catégorie C, donc agent dans la fonction publique territoriale. Très vite, j'ai compris que pour évoluer, il fallait passer des concours. Je suis retourné en formation continue à la fac pour préparer les concours et j'ai eu la chance d'avoir un concours de catégorie A de bibliothécaire territorial. Depuis un an, je suis en détachement à la ville de Paris, puisque la ville de Paris a ses propres concours. La première qualité, je dirais c'est plutôt la curiosité. Et effectivement, une sensibilité au numérique, il faut aimer les gens. Notre métier est un travail de médiation, d'un côté il y a les contenus, il y a aussi de l'autre côté, des usagers, on est là pour leur rendre service, la notion de service public est très importante. On est là, au service des gens, au service de la population. Les gens viennent nous voir parce qu'on met à disposition des contenus, qu'ils trouvent des services. Et là, ça rejoint la dimension de service public qui est très importante.