1207 vues

Responsable de secteur en jardinerie

Vincent est responsable secteur dans une jardinerie. Il est en charge de la bonne gestion du magasin : il s’assure qu’il y ait le stock nécessaire de marchandises, gère les commandes, vérifie que le magasin soit bien achalandé… Il s’occupe aussi de la gestion des plannings de ses collaborateurs. Ses objectifs : optimiser les ventes et s’assurer que tout le monde soit heureux !

Je m’appelle Vincent Ciarlan et je suis responsable secteur dans une jardinerie. Je m’occupe de l’ensemble de la jardinerie, mais je ne m’occupe pas de l’animalerie et du rayon piscine. J’ai un autre collègue responsable secteur. Ça fait deux responsables secteur pour l’ensemble du magasin.
La journée type classique idéale, ce serait surtout d’arriver avant tout le monde. C’est important pour moi, s’imprégner des lieux, voir ce qui s’est passé. Faire le tour du magasin, observer, voir les choses qui ne vont pas. Ça va être un travail qui n’aurait pas été fini la veille dans la précipitation, des rayons qui ne sont pas rangés, un balisage et des étiquettes qui sont tombées, qui sont mal mises. C’est ce type de choses que je vais surtout observer en premier.
Le premier but, c’est que quand le client arrive dans la jardinerie, qu’il soit content, qu’il la trouve joli. Rendre le client content, c’est déjà très important. C’est déjà une satisfaction personnelle.
Après, le travail commence là-dessus. La première personne avec qui je discute en général, ce sont les gestionnaires de rayon. On fait le tour des rayons avec eux. On voit ce qui va, ce qui ne va pas, ce qu’il y a à améliorer dans la journée, ce qu’il y a comme travail à faire, ce qu’il y a comme marchandises qui rentrent.
“Donc là, on a bien les dix mètres carrés qui sont réservés pour demain, pour un client, la commande client. Du coup, il va nous en rester huit en vente. Et au niveau gazon des Mascareignes, il n’y aura que les deux mètres carrés qu’on a au fond, là-bas”.
Et après, le magasin ouvre, la journée se lance. Quand les clients arrivent ; tout de suite, il y a très vite des demandes. Il faut s’assurer que les vendeurs sont à disposition, s’occupent des clients.
Après avoir fait le tour du magasin, je vais regarder mes mails. J’ai pas mal de choses à traiter. Les premiers mails, ça peut être des directives du directeur. Ça va être des confirmations de commande, des affiches ou des plannings à envoyer aux intérimaires, ce genre de choses.
“On va pouvoir lui faire signer son planning et il y a un autre intérimaire qui est prévu lundi. J’ai demandé à l’agence d’intérimaire, attends que je regarde parce que je n’ai pas vu mes mails depuis tout à l’heure.”
Les objectifs, je vais en avoir pas mal. Ça peut être optimiser les ventes, dynamiser les chiffres d’affaires, s’assurer que toute l’équipe soit en place, que les collaborateurs sont contents, heureux dans leur travail aussi, c’est important, de gérer les plannings. Du coup, sur des surfaces de vente comme ça, on est ouvert 7 jours sur 7. Les plannings sont un peu compliqués. Ça va être aussi d’avoir des qualités de stock qui sont assez propres. Les stocks sont assez importants. Ça va être de s’assurer que le magasin soit bien achalandé et de regarder les rotations des produits.
Je peux être interpellé à n’importe quel moment pour n’importe quoi. Ce côté-là, j’aime ça. J’aime que les gens soient contents quand ils rentrent dans le magasin. Et après, il y a tout ce côté gestion qui me plaît aussi beaucoup. Suivant les stocks, suivant les chiffres de ventes qu’on fait dans le magasin, toutes ces choses me plaisent aussi.
J’ai fait un BEP aménagement de l’espace travaux paysagers en alternance que j’ai continué par un bac pro dans les mêmes options. Après, j’ai commencé ma vie active en travaillant dans un grand parc d’attractions pendant 10 ans et au bout de 10 ans, je suis venu à La Réunion et j’ai trouvé un travail dans une jardinerie. J’ai commencé vendeur pépinière. Je suis passé à un échelon au-dessus en gestionnaire de rayon. Et après, je suis passé responsable secteur. Passer par tous ces postes-là, on peut se rendre compte de la difficulté de chaque poste. C’est une très bonne expérience.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut