3575 vues

Docu-fiction 360°: apprentie jardinier paysagiste en aménagement

Ce film appartient à une série de docu fiction. Un personnage interprète un apprenti et raconte son expérience parmi des professionnels dans leur environnement réel.

Ici, nous sommes dans une entreprise d’aménagement et d’entretien d’espaces paysagers, d’horticulture et jardin. Après un bac pro aménagement paysager, l’apprentie en certificat de spécialisation construction paysagère apprend à faire de la maçonnerie. Construction de murs, de murets, d’escaliers, d’allées, de terrasses, dallages… Ce paysagiste met en scène les éléments minéraux au milieu des végétaux tout en tenant compte des écosystèmes et en veillant à la biodiversité.

Donc là on est sur une allée en béton recyclé et cette allée est l'allée de circulation pour les voitures.

J'ai toujours aimé jardiner. Enfant j'étais mon grand père il avait un super jardin avec des roses magnifiques. Et. je ne m'imaginais pas plus tard travailler enfermé dans un bureau. Pour mon stage de fin de troisième, j'ai travaillé chez un jardinier ami de mes parents. Ca m'a tellement plu que j'ai décidé de faire un bac pro aménagement paysager, puis un certificat de spécialisation construction paysagère, qui est sur un an, pour faire de la maçonnerie paysagère. J'avais peur que ce soit un métier d'hommes et pas de femmes car ça pouvait être physique. Mais en fait, non pas du tout même s'il faut quand même être sportif et aimer bouger. J'avais un peu peur aussi d'avoir du mal à gérer les deux enseignements : l'école et l'entreprise puisqu'on est en alternance. Mais en fait c'est hyper complémentaire. Sur le terrain il faut savoir s'adapter, comprendre le client. Il faut qu'il soit content du résultat et pour ça il faut être à l'écoute, savoir échanger, c'est passionnant. Il y a un rapport au matériau qui est très sensible: bois, pierre, végétal. Et penser un jardin c'est proche d'un tableau qui serait en plus vivant.

Alors tu vois qu'on est toujours dans les tons gris et que devant la maison on a dessiné une terrasse. Donc c'est une terrasse où les gens se tiendront plutôt le matin parce que le soleil est plutôt là le matin. On doit posséder une compétence technique en plus d'une sensibilité artistique.

C'est important de planter le bon végétal dans le bon sol et selon l'exposition adéquate. Ca permet de garder les plantes en bonne santé et de préserver la biodiversité. C'est important d'aimer travailler avec les mains puisque le métier nécessite d'apprendre de nombreux gestes professionnels. On doit aussi tenir compte des écosystèmes. Un jardin c'est comme un puzzle où tout serait en harmonie.

Ici, au niveau des plantations, on voit quelques arbustes persistants pour avoir des feuilles toute l'année, qui en plus ont des floraisons parfumées, ce qui est important. On a des hortensias qui vont apporter des fleurs du mois de juin jusqu'au mois d'octobre, en fonction des variétés, et on a installé des plantes condimentaires, c'est à dire des plantes qui se mangent. Il n'y a pas non plus de routine sur le métier lui même car on apprend tout le temps. Les méthodes de travail, la manière de faire, le matériel et les matériaux évoluent régulièrement.

Et je fais autant de la maçonnerie paysagère que des travaux de plantation. Je suis très fière de faire des jardins qui soient beaux et esthétiques et je suis très contente quand les clients sont satisfaits de leur jardin. Quand celui ci correspond voire même dépasse celui qu'ils avaient imaginé. Je parle beaucoup de mon travail à mes parents ou à mes amis. Je leur montre les jardins que j'ai aidé à réaliser et ils sont généralement bluffés par ce qu'on fait dans mon entreprise. Et je publie pas mal de photos sur mon compte Instagram, cela met en avant ma créativité et un certain sens artistique. Je valorise mon métier auprès de mes proches aussi par les choix que l'on fait en faveur du développement durable. Le choix de matériaux locaux, gestion des déchets, recyclage. Mon maître d'apprentissage est très exigeant et il est très concerné par tous ces points. Mais il est aussi très bon pédagogue et j'aime bien apprendre plein de nouvelles choses . Nous sommes ici dans le jardin arrière. C'est le jardin qui est plutôt intime, qui sera en plus bien ensoleillé, et ici on a installé une grande terrasse en bois.

Il faut savoir parfois faire face aux aléas de la météo dont on dépend. D'une manière générale il faut être souple et s'adapter. Les chantiers d'aménagement sont tous différents car les plans de conception varient d'un chantier à un autre, donc il faut sans cesse s'adapter, ce qui fait qu'il n'y a jamais de routine dans le paysage et toujours de la découverte.

On a choisi un chemin en matériau drainant , c'est à dire qu'on ne fait pas de surface perméable. Il faut que l'eau de pluie retourne à la terre. Je m'imagine évoluer dans l'entreprise vers un poste de chef de chantier ou conducteur de travaux pour coordonner un projet d'aménagement et être davantage au contact des clients, pour les conseiller sur les meilleures manières de faire, les végétaux à planter ou les fournisseurs. C'est vraiment une super formation. Je ne regrette pas du tout mon choix et l'apprentissage m'a apporté un truc super important: la maturité et plus de confiance en moi.

Une vidéo
produite par

UNEP

Liste des vidéos

Retour en haut