Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 72305 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

BAC PRO ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES À LA PERSONNE

Vous voulez devenir assistant en soins et santé ou accueillant familial ? Une professeure nous parle du bac pro ASSP (accompagnement, soins et services à la personne) option A à domicile et option B en structure.

Caroline Fourniol : Là, vous avez le TP sur la mise en tenue professionnelle et le lavage des mains, le TP sur l'habillage, déshabillage d'un enfant, et puis un nouveau TP sur la désinfection, le nettoyage d'un berceau. C'est une formation en trois ans, un nouveau baccalauréat professionnel avec deux options : une option domicile et une option structure. On accueille des élèves de troisième et dans trois ans, on va dire au revoir à des professionnels avec une insertion possible directe dans les différents métiers de l'accompagnement, du soin, du service à l'usager. Je commence. Les élèves ont 32 heures, en moyenne, de cours par semaine. Ces cours s'organisent avec une partie d'un enseignement général et une partie d'enseignement professionnel qui se distingue en trois pôles. Un pôle biologie, soins à la personne, microbiologie. Un pôle nutrition, collation et techniques professionnelles liées à ces enseignements et un pôle maintien de l'autonomie développement de l'autonomie, techniques d'animation et sciences médico-sociales, c'est-à-dire, l'enfant, la personne âgée, la personne adulte aux différents âges de la vie. On rince du haut vers le bas. On travaille par situation ou par contexte professionnel. On emmène nos élèves dans des situations réelles de la vie de ces professionnels. Élève 1 : J'ai utilisé un lavage antiseptique. Élève 2 : Pourquoi ? Élève 1 : Pour éliminer le maximum de bactéries. Caroline Fourniol : Les élèves qui arrivent peuvent penser que changer un bébé, elles savent faire, elles en ont dans leur famille. Élève 2 : Je vais prendre Lola pour l'habiller... Caroline Fourniol : Mais en formation, on leur apprend des techniques professionnelles. On pose les bases de toutes les techniques qui seront plus complexes, qu'on verra ensuite en cours de formation comme faire un shampoing d'une personne allongée dans un lit, c'est pas simple, ou faire un bain de pieds. Élève 2 : On va mettre la petite blouse. Alors... Je dégage la manche. Caroline Fourniol : Je vous remontre. C'est important, parce que là, vous avez un faux poupon. Vous pouvez en faire à peu près ce que vous voulez, mais avec un bébé qui va bouger, qui ne sera pas forcément heureux, il faudra bien que vous prépariez la manche. C'est parfois un peu déstabilisant parce que parler avec un poupon de puériculture, c'est pas la vraie vie. Mais c'est pourtant dans ces situations-là qu'on leur apprend à trouver la bonne distance, à être dans une communication moins affective, plus distante, mais aussi une communication adaptée en termes de vocabulaire. On leur demande aussi de la rigueur. Ce sont des qualités importantes dans les métiers où elles sont face à des usagers qui sont dépendants, qui permettent, lorsque les transmissions sont précises et exactes, d'avoir confiance en leur travail. Élève 3 : Au revoir, madame. Élève 2 : Au revoir. Élève 1 : À bientôt, Lola. Caroline Fourniol : Les élèves qui sont derrière vous sont rentrés au mois de septembre. On est maintenant au mois de janvier. Et donc, ces élèves, à l'arrivée, avaient plutôt envie de travailler auprès de la petite enfance. Pour deux tiers des élèves, c'était leur projet professionnel. On prend beaucoup de temps pour préciser le projet professionnel de l'élève entre le rêvé, l'idéal et le possible et aussi pour travailler auprès de différents types d'usagers. Donc les élèves partent en stage auprès de tout public. Les stages sont un temps vraiment important de la formation. C'est pas un temps à part. Les élèves ne sont pas dans l'observation, mais vraiment dans l'accomplissement de tâches. Et bien souvent, ceux qui partent en stage auprès des personnes âgées reviennent de leur stage avec une modification de leur projet professionnel. En fin de cycle, beaucoup d'élèves se réorientent vers la personne âgée. Bien évidemment qu'il faut qu'on recrute des garçons. Ces garçons qui nous rejoignent dans la formation ont vraiment un bel avenir qui peut vraiment se diversifier en fonction de leurs talents, de leurs envies. Du métier d'ambulancier au métier d'accompagnant, au métier d'aide-soignant, on est sur des profils intéressants pour les garçons.