1592 vues

Reportage à l'Académie supérieure de musique (HEAR)

Croiser les disciplines, faire travailler ensemble futurs artistes, designers et musiciens... la HEAR mise sur l'interdisciplinarité.Rencontre avec des étudiants qui nous parlent de leurs études et de leurs spécialités, à l'Académie supérieure de musique, composante de la Haute École des Arts du Rhin (HEAR). 
Je prépare un examen pour juin,qui est mon récital. Je joue un mouvement de concerto de Mozart, je joue un mouvement de concerto plus récent de Berg. Je joue deux morceaux avec mon groupe de musique de chambre. Et je joue un Bach.

J'ai un cours d'une heure et demie de violon par semaine. On a aussi de l'écriture ou de l'analyse. Ensuite à la fac on a deux heures de langue. On a une heure et demie d'histoire de la musique. Après ici on a aussi, enregistrement, musique mixte. C'est par exemple, on en train de jouer avec notre violon, et on va mettre des effets sur les sons qu'on produit ou alors on va créer de la musique avec l'ordinateur. On a de la musique de chambre une heure par semaine. Après on a des sessions d'orchestre symphonique pour moi vu que je fais du violon.

Logiquement si je voulais faire bien, je ferais cinq heures par jour. J'arrive plus à faire entre deux et quatre, que cinq heures, parce que par exemple, moi aussi après je donne des cours, j'ai des projets extérieurs. Ensuite ce que j'envisage c'est encore un peu flou puisqu'en fait ces trois années ont été superbes et très très condensées.C'est un des petits bémols, c'est à dire, on est tout le temps en train de faire quelque chose, donc on ne pense pas vraiment à ce qui va se passer par la suite. Dans l'absolu, mon rêve absolu, ce serait de ne faire que de la musique de chambre, de l'orchestre, et puis à côté, avoir une petite classe sympathique à qui donner mes cours une fois par semaine, parce que j'adore enseigner.

Il y a plusieurs choses qui m'ont plu. Déjà pouvoir faire un double cursus avec notre formation au diplôme d'état, c'est vraiment un juste milieu. J'aime jouer de mon instrument, je peux le faire professionnellement et vraiment avoir de très bons cours sur tout ce qui est de niveau pédagogique etc. Il y a aussi la diversité des cours auxquels on peut assister et qu'on peut faire justement la direction d'ensemble. Moi j'ai pu en faire aussi à côté. On s'est bloqué toute une matinée de travail de 8 heures à midi le jeudi. Et à côté de ça nous avons une heure de cours de musique de chambre par semaine avec un professeur, donc ça fait partie de notre cursus. On a gagné deux concours internationaux en deux jours on fait le concours la Fondation Banque Populaire. C'est une bourse qui donne au maximum 1000 euros par mois pendant un à trois ans. Par exemple on a l'idée de faire un CD, on a une tournée en Argentine de prévue.L'école française c'est un certain style d'enseignement. Ils nous disent d'aller voir ailleurs ce qui se passe.Il ne faut pas qu'on se restreignent à un seul lieu, à un seul enseignement. Il faut vraiment qu'on aille voir autre chose aussi autre part.

Il faut avoir déjà un bon niveau individuel voire très bon pour pouvoir faire de très belles choses en musique d'ensemble. Pour moi la musique c'est vraiment un partage de tout, que ce soit entre musiciens et avec le public et la musique d'ensemble, ça forme l'écoute. C'est des rapports sociaux, des rapports humains...

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut