9231 vues

Testeur de jeux vidéo

Rencontre avec Clément, testeur de jeux vidéo dans un studio de développement. Sa mission : traquer les bugs (anomalies) et pousser le jeu à ses limites pour en tester les fonctionnalités.

Mon but, moi, c'est de m'assurer de la qualité du produit, de m'assurer qu'il sorte sans le moindre bug, avec tout ce qu'il faut, et que les joueurs puissent en profiter pleinement. Nous, on est sur un MMO, c'est quelque chose qui est toujours maintenu après, au fur et à mesure des mises à jour. On va s'assurer que le contenu qui est déjà dans les jeux reste cohérent et complet, et qu'on n'ait pas de différence par rapport aux anciennes et nouvelles versions. Ensuite, ça va être tout ce qui ajout des nouvelles fonctionnalités, donc de nouveaux contenus, un nouveau donjon, une nouvelle famille de monstres, s'assurer que tout ça fonctionne parfaitement, et que, dès la sortie de la mise à jour, les joueurs pourront en profiter de A à Z. On ne teste pas directement les jeux en ligne avec la même version que les joueurs. Nous, en interne, on a des versions qui reproduisent, justement, l'environnement en ligne. On pourra avoir des bugs d'animation sur les monstres qui n'auraient pas d'animation et qui resteraient statiques lors d'un combat, un sort qui ne va pas fonctionner correctement, et qui va faire plus ou moins de dégâts que nécessaire. On va pouvoir avoir une zone qui ne serait potentiellement pas accessible, alors qu'elle est censée être ajoutée sur une mise à jour, et que, finalement, personne ne peut y aller. Ça va être des bugs de son, parce qu'on a aussi des musiques, un équipement qui ne s'affiche pas correctement sur les personnages. Après, on aura des aspects un petit peu plus techniques, sur le paramétrage des monstres. On peut avoir des quêtes, aussi, si on n'arrive pas à poursuivre correctement le cheminement de la quête, si on n'arrive pas à aller voir tel ou tel personnage dans le jeu qu'on nous demande d'aller voir, etc. Nous on a la chance, en tant que testeurs jeux vidéo, de travailler avec tous les corps de métiers de production d'un jeu vidéo, que ce soit les développeurs, les game designers, mais aussi avec les équipes support, les équipes de communication, community management, etc. Si on a un problème, on peut totalement se lever et aller voir directement le développeur, le game designer, lui faire part des problèmes qu'on a rencontrés en jeu, échanger avec lui sur d'où ça vient. Est-ce que, finalement, il y a une incompréhension de notre côté, de leur côté ? Même si on arrive en bout de chaîne, finalement, on intervient très tôt dans le cycle de production d'un jeu vidéo. Quand on est dans une phase de préparation, plus d'ajout de contenu, etc, ça va être plus de la réflexion, donc là, on va être amené à beaucoup échanger avec les équipes de production sur les réflexions autour des nouvelles features, autour des nouveaux designs de monstres, etc. Quand on sera plus sur un cycle de production, une fois que c'est terminé, et de validation, les journées seront un peu plus différentes. Là, ça va être très procédurier, on va vraiment diviser le jeu en plusieurs parties qui, elles-mêmes, seront encore divisées en plusieurs points. Là, ça va être très méticuleux, on va devoir passer par beaucoup d'étapes, parfois plusieurs fois, puisque ça aussi c'est le métier de test, c'est de devoir valider ou revalider. Si ce n'est pas bon, de repasser sur la même chose. On a tendance à croire que c'est juste jouer, alors que, finalement, on peut passer beaucoup de temps sur la même chose. Et ce n'est pas du tout être le joueur, c'est se mettre à la place du joueur, mais aller au-delà de tout ce qui est attendu, mais aussi pas attendu. Et ensuite, on va être sur la partie plus maintenance du jeu, une fois que c'est sorti, où là, on va suivre les retours des joueurs, de la communauté, parce que c'est aussi important. On ne peut pas toujours tout voir dans le test. C'est aussi l'une des spécificités du métier, c'est qu'on ne peut pas toujours tout voir. On ne pourra pas garantir qu'un jeu est propre et prêt à 100 %. Donc, ça va être être à l'écoute des retours, et à nouveau, échanger avec la production, pour que ce soit corrigé le plus vite possible. J'ai une formation en commerce et en management. Donc, rien à voir. Alors, moi je suis tombé dedans parce que j'étais un gros joueur, puisque ça ne demande pas spécifiquement de diplôme, c'est un peu plus simple d'y accéder. Au niveau des qualités, il va falloir avoir beaucoup de patience. Savoir bien communiquer, puisque comme on est constamment en échange, il faut que l'information circule vraiment bien et rapidement, pour éviter de perdre du temps. Être très ordonné. On doit savoir où est-ce qu'on va, et suivre vraiment des étapes qui sont définies à l'avance. Et parfois, répéter la même chose toute la journée, ou sur plusieurs jours. Il faut avoir la patience, et c'est à ce niveau-là que c'est parfois un petit peu compliqué. On a la pression des deux côtés, de la production du jeu mais aussi des dates de sortie, qu'il faut respecter. Moi, ce qui me plaît, c'est de pouvoir, justement, faire partie d'une aventure de création d'un jeu, d'être dans une équipe complète, et, pour se dire : voilà, j'ai participé à l'élaboration de ce jeu.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut