33350 vues

Employée d'un service espaces verts

Agent du service public ou employé par une entreprise artisanale, l'ouvrier paysagiste aménage et entretient les jardins privatifs et les espaces verts publics.
Aurélie Sablé, employée au service espaces verts de la mairie de Blain.
Depuis toujours, je viens de la campagne donc j’aime être à l’extérieur. J’ai toujours aimé m’occuper de l’extérieur, m’occuper du jardin, le goût pour les jardins réussis. Le goût en général des jardins et du paysage qui nous entoure tout simplement.
Les activités d’un salarié au service des espaces verts d’une mairie, c’est déjà beaucoup d’entretien quand même, plus que dans une entreprise privée. C’est vrai qu’en mairie, c’est beaucoup d’entretien.
L’entretien, ça part de la tonte, taille des arbres, des arbustes, nettoyage des massifs, entretien général de la ville, propreté générale de la ville. Et puis après, il y a quand même une part de création, même si elle est minime, elle existe. Déjà, la composition des massifs floraux, que ce soit au moment de l’été, de la plantation estivale ou de la plantation d’hiver. Autrement des créations au niveau d’aménagement de rond-point, d’aménagement de parkings, de lotissements. Et puis un petit peu de création un petit peu maçonnée un peu plus vaste qui reste minime quand même dans notre activité.
Il n’y a pas vraiment de journée type quand on est au service espaces verts d’une mairie. On est amené à tout faire en fait. C’est un métier où il y a beaucoup de polyvalences puisqu’on répond déjà à un service. S’il y a une branche qui tombe dans un endroit parce que la nuit il y a eu du vent, on y va et on est un petit peu tributaire de tout ce qui peut se passer dans une ville.
Les compétences d’un employé au service espaces verts d’une mairie, c’est d’abord de la rigueur dans le travail puisqu’on répond à une attente d’une population, de l’esthétisme, de la polyvalence aussi dans le travail puisqu’on est amené à faire beaucoup de choses. Un esprit d’équipe autant dans l’organisation du travail que dans l’entente pour effectuer convenablement les chantiers. Et un sens de l’observation aussi pour faire face aux problèmes qu’on peut rencontrer.
On peut parler aussi de l’endurance physique qui est quand même indispensable dans notre métier puisqu’on est amené à travailler dehors toute l’année.
Cette passion du métier, c’est vraiment d’oublier qu’on est au travail, tout simplement. C’est quand y fait beau et qu’on est à s’occuper des fleurs, à couper des fleurs fanées, on se sent chez soi, on n’a pas l’impression d’être au travail, de travailler tout simplement. C’est un plaisir d’être dehors, de réaliser toutes les tâches, on est satisfait de ce qu’on crée.
Quand on a passé une journée où il a fait super beau et puis qu’on a planté des fleurs et qu’on est content de notre massif et du rendu, c’est tout ça qui fait qu’on est content d’exercer ce métier.
Si c’était à refaire, je le referai, il y a pas de problème. Là, je me plais dans ce que je fais, aucun regret. Aucun regret d’exercer aujourd’hui ce que je fais.

Une vidéo
produite par

Educagri Editions Onisep Centre-Val de Loire

Liste des vidéos

Retour en haut