Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 10274 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

MÉCANICIEN DE VÉHICULES PARTICULIERS

Le mécanicien automobile entretient et répare des véhicules de plus en plus sophistiqués dans lesquels l'électronique devient omniprésente. Son métier se situe aujourd'hui à la frontière de la mécanique et de l'électronique.

Je m’appelle Stéphane, j’ai 38 ans et je suis mécanicien. Je suis salarié depuis 24 ans dans la concession de mécanique auto. Mon métier consiste à réparer les voitures au niveau des voitures accidentées, un gros choc. Faire des diagnostics sur les pannes. Une fois que tout ça s’est fait et que s’est réparé, je fais des essais de voiture sur route, voir si tout va bien, pour que je puisse rendre la voiture correctement au client. Que les clients soient contents. Quand il y a un bruit au moteur, il faut savoir si c’est le moteur, boîte, pont, train roulant, roulement. Il faut savoir déjà diagnostiquer cette panne là. Ca demande du temps, ça demande à aimer le métier. Je suis le chef d’équipe. Selon le travail qu’il y a à faire, mon but c’est de répartir le travail à chaque mécano et leur niveau de travail. Faut aimer la mécanique pure, tout ce qui est électronique et l’évolution des voitures qu’il faut savoir suivre. Savoir évoluer avec la voiture et la technologie. C’est un métier qui demande beaucoup de physique, d’efforts physiques. On est toujours debout, entrain de forcer, faut pas avoir peur de ça. C’est des journées assez longues. Il ne faut pas être allergique à tout ce qui est hydrocarbure, les produits toxiques, l’huile. Ce que j’aime, c’est être autonome de la réparation, du début jusqu’à la fin. C’est de gérer la panne tout seul, la recherche, réparation et conclusion. J’ai fait 1 an de stagiaire et j’ai suivi par une formation de CAP-BEP. Et par-dessus j’ai fait une formation d’électricité auto. Disons que mon père et mon grand-père étaient mécanicien, j’ai trempé dans ce métier depuis tout petit. Et les voir faire, ça m’a donné envie de continuer. J’aime bien me salir les mains. Ce que j’aime dans mon métier, c’est l’évolutif. C’est un métier qu’on peut évoluer, arriver à être patron. J’ai commencé en bas de l’échelle. Maintenant, je suis passé chef d’équipe et le but, je vais essayer bien sur, c’est de passer à mon propre garage et à mon propre compte.