2092 vues

Directeur d'exploitation en logistique

Présent du matin au soir sur la dalle comme sur les quais, Stéphane, directeur d’exploitation est le garant opérationnel de l’activité quotidienne. Nombre de colis, problèmes techniques, imprévus : c’est lui qui assure le suivi et le contrôle liés aux objectifs donnés.


Un directeur d'exploitation, c'est un garant de respect des objectifs en termes de productivité, des coûts, des volumes et des délais.
On est en flux stocké, c'est-à-dire qu'on a des marchandises qui acheminent de différents pays en réception. On vide les camions, on contrôle. Derrière, on stocke. On a à peu près 2, voire 3 mois de stockage d'avance pour nos différents clients. D'ailleurs, on fait de la préparation, soit en palette complète, soit en colis détails. Derrière, on charge ces commandes vers différents points de livraison, notamment des Carrefour et des Leclerc, la grande distribution.
On compose de 80 portes de quais. On décharge à peu près 20 à 25 camions en réception par jour et on en charge à peu près une centaine.
On a commenté le suivi de pertes d'heures. Notre métier de directeur d'exploitation ou responsable d'exploitation est de piloter nos heures au quotidien et au mieux, donc éviter des pertes.
Avec Serge, l'échange, c'est le récap de sa situation de réception d'hier. Il avait 17 camions et on perd deux heures sur le service réception. Deux heures à une heure, ou plus, il faut absolument justifier les gains et les pertes d'heures. Un camion est arrivé vraqué. Dans notre jargon, ça veut dire qu'il y a eu de la casse. Dès que la chaîne n'est pas fluide, ça fait des pertes d'heures.
Il y a à peu près 70 % de terrain et 30 % d'administratif, le reporting des bases. On a le suivi de préparation, par jour, par client. C'est un reporting, une ligne égale un client, une colonne égale une date et un second. On sait, à l'instant T, combien il nous reste de colis. Par rapport au 19 de ce matin, il me reste 2671 colis à sortir sur la journée. En dessous, on a notre reporting par homme, combien il a sorti pour savoir si on est dans les clous ou pas. Le contact humain est important dans mon métier. Il y a 100 personnes sur la plaque. (À 100 humains, on ne fait rien), on peut mettre des machines. Dans mon métier, si on ne met que des machines, on ne saura rien.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut