2780 vues

Bac technologique STL- SPCL

Le baccalauréat technologique sciences et technologies de laboratoire (STL) enseignement spécifique sciences physiques et chimiques en laboratoire (SPCL) s'adresse aux élèves qui ont un goût affirmé pour les sciences du vivant, les manipulations et la démarche expérimentale en laboratoire. En sciences physiques et chimiques en laboratoire, les programmes mettent l’accent sur la pratique expérimentale tout en développant les concepts liés aux notions physiques et chimiques qui leur sont associées. Elèves et enseignants nous présentent cette formation.

J'ai toujours aimé la science. Sauf qu'en général, je trouvais qu'il y avait beaucoup de théorie, ce qui ne me correspondait pas. Puis, j'ai appris qu'il y avait une classe en technologie qui s'appelait STL, sciences technologies en laboratoire, qui est beaucoup de TP de manipulation, ce qui me correspondait le plus. Et surtout, la SPCL, parce que j'aime beaucoup la physique et la chimie. Du coup, je me suis dit que c'était la bonne filière pour moi.

C'est une spécialité qui s'adresse essentiellement à des élèves qui aiment vraiment les sciences. Qui aiment expérimenter, tirer de l'expérience des notions et des concepts propres à la physique et la chimie. Au cours de la première année de SPCL, par exemple, on apprend aux élèves à maîtriser des appareils de mesure.

Ils apprennent dès la première année à maîtriser des gestes expérimentaux de base qu'on retrouve dans les laboratoires. On leur apprend aussi à avoir un esprit critique, puisque toutes ces compétences que doit acquérir l'élève font partie de la démarche scientifique. Savoir concevoir un protocole, deviner un protocole, avoir un recul sur des résultats expérimentaux, donc évaluer ce qu'on appelle les incertitudes.

- Là, nous sommes en train de fabriquer un conservateur en chimie avec les produits chimiques. Dans le ballon, j'ai mis des pierres ponces pour homogénéiser l'ébullition et j'ai mis l'alcool de benzoïque avec de la solution de soude de 20 ml. Puis, j'ai rajouté du permanganate de potassium qui va nous permettre de séparer ces deux produits-là.

C'est une spécialité dans laquelle l'élève s'épanouit. Quand on aime les sciences, on passe son temps au laboratoire, on manipule, on expérimente, on fait des allers-retours entre la théorie et… En fait, nos cours ne sont pas des cours magistraux, ce sont des activités. Donc, l'élève est vraiment au centre de l'activité. Il apprend par lui-même. Ce n'est plus un cours magistral où on dicte à l'élève, c'est vraiment des activités. Et chaque notion est introduite par une activité. Une activité documentaire ou une activité sur ordinateur.

On va s'appuyer beaucoup sur ce qu'on a fait durant le TP pour construire les notions, pour construire la théorie. On ne part pas de rien. Ce n'est pas le professeur qui fait son cours et l'élève écoute. Non, c'est l'élève qui est vraiment au centre de l'activité. Et les élèves, pendant les séances de TP, ne travaillent pas seuls. Ils sont tout le temps en binôme et c'est presque, entre guillemets, obligatoire, parce que c'est important qu'il y ait cet échange entre élèves.

- On a écrit un protocole juste là. Du coup, ça simule un feu tricolore avec un feu vert qui s'allume et un feu rouge aussi.

Ce que j'ai beaucoup aimé avec le bac STL, c'est justement l'alliance du côté pratique et théorie qui comptent autant l'une que l'autre. En fait, la pratique m'aidait à comprendre la théorie. Je suis quelqu'un qui a besoin de manipuler, de voir de mes propres yeux pour comprendre et d'avoir quelque chose de concret entre les mains. Et pas juste des théories, pas juste : "Si on ajoute ça avec ça, on a ça." Là, je le voyais et du coup, ça m'aidait à retenir mes cours. Ça m'a beaucoup aidée pour mon bac. Il faut être quand même assez autonome dans sa méthode de travail. Il faut avoir cette curiosité d'aller chercher aussi de son côté, de faire des recherches à côté déjà comme support pour le cours. Et puis même pour notre enrichissement culturel personnel.

Les diplômés peuvent décider de suivre des études supérieures courtes et professionnalisantes. Par exemple, ils forment le gros des troupes en brevet de technicien supérieur, donc bac +2, qui peut ensuite être poursuivi par une licence professionnelle. Ils ont aussi des quotas d'entrée très avantageux dans les bachelors universitaires de technologie bac+3. Les diplômés de cette série ne sont pas voués à des études de technicien, puisqu'ils peuvent intégrer des écoles d'ingénieurs. Soit après le bac et une classe préparatoire adaptée aux bacheliers technologiques TPC physique-chimie ou TSI sciences de l'ingénieur. Soit à l'issue d'un BTS après une année de classe préparatoire ATS adaptation technicien supérieur. Soit après le bachelor universitaire de technologie en trois ans.

Une vidéo
produite par

ONISEP Académie de Créteil

Liste des vidéos

Retour en haut