4550 vues

Bac technologique STL- biochimie, biologie, biotechnologie

Le baccalauréat technologique sciences et technologies de laboratoire (STL) enseignement spécifique biochimie, biologie, biotechnologie s'adresse aux élèves qui ont un goût affirmé pour les sciences du vivant, les manipulations et la démarche expérimentale en laboratoire. En  biotechnologies, les élèves manipulent individuellement pour acquérir progressivement une pratique solide et concrète du laboratoire. Elèves et enseignants nous présentent cette formation.

La série STL Biotechnologies, c'est une vraie filière scientifique, puisque dans le tronc commun, il y a des maths. Ensuite, en spécialité, qui sont des spécialités qui sont imposées, il y a une spécialité physique chimie maths, une spécialité biotechnologie et une troisième spécialité en 1ère STL, qui est biochimie biologie. Ensuite, en terminale, la spécialité qui est abandonnée, c'est pareil, on ne leur laisse pas le choix, c'est la spécialité biologie biochimie, qui finalement vient se greffer à la biotechnologie. Et donc, on a une grosse spécialité avec un gros volume horaire en terminale pour 13 heures élèves par semaine.

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en fait, je pensais que ça allait être plus de théorie qu'une manipulation. Et en arrivant ici, j'ai découvert les labos. Ça va vraiment plus de manipuler tout ça et c'était vachement intéressant. Et au bout de deux ans, j'ai vraiment développé des connaissances, que ce soient générales ou des connaissances scientifiques, qui m'aident à comprendre, par exemple des documentaires. C'est plus simple quand on comprend, quand on a des notions. Donc là, je sors mon frottis avec la suspension de levure et je viens aussi rincer à l'eau.

Pour moi, c'est une très bonne série, surtout pour les les personnes qui aiment les sciences et qui veulent plus du concret. Là, on est beaucoup plus dans la manipulation. On mène des expériences. On a une question et une hypothèse au début. Après, on développe et on cherche à répondre à cette hypothèse dans le créneau qui nous est imparti.

Ça aide aussi à être un peu indépendant. On a notre protocole et on se débrouille entre guillemets tout seul. Il faut qu'on connaisse un peu. Si on a besoin de pipettes, il faut prendre les bonnes pipettes. Ça nous permet aussi d'être un peu indépendants, de ne pas tout le temps dépendre du professeur et d'attendre derrière. C'est ce qui m'a plu en fait, de pouvoir toucher, manipuler, développer mon esprit un peu scientifique on va dire et développer des techniques aussi.

- Madame, je n'arrive pas à trouver pour S.

On accueille des élèves qui sont curieux, qui sont dynamiques, qui ont envie de comprendre comment les choses marchent. C'est-à-dire que pour eux, pour qu'ils puissent apprendre, il faut qu'ils aient manipulé et expérimenté, qu'ils se soient posé des questions et qu'on leur ait donné les moyens d'y répondre, donc, soit à la base d'expériences, soit en fournissant des corpus documentaires, soit des vidéos. Tout ça pour qu'ils puissent construire eux mêmes leur savoir. Nous, on est là pour accompagner. On fait très peu de cours magistraux, on fait essentiellement des TP, des activités technologiques, que ce soit en laboratoire où les élèves vont être mis en manipulation ou des séances où ils vont utiliser l'outil informatique pour s'approprier les outils numériques, aller rechercher l'information, la traiter et produire leurs connaissances. Les apprentissages vont se dérouler de la manière suivante et c'est la caractéristique de la STL biotechnologie. C'est-à-dire qu'on va faire aborder les notions théoriques, les concepts, tout ce qui demande de l'abstraction, on va commencer par l'aborder de manière concrète en TP, c'est-à-dire sur une situation concrète, une manipulation. Et c'est avec les résultats obtenus et les questionnements des élèves qu'on va faire émerger les notions théoriques qui n'arrivent qu'en deuxième temps.

C'est vrai que la manipulation, les techniques, tout ça, ça aide beaucoup à la théorie aussi. Par exemple, je sais que quand je suis en contrôle, ça m'aide beaucoup d'avoir fait les manipulations et ça m'aide aussi à me remémorer les résultats qu'on a eus, et ça m'aide à répondre aux questions.

Les biotechnologies, c'est tout un ensemble de choses dans la vie courante. Ça touche notamment tout ce qui est recherche du médicament, la mise au point, mais également le diagnostic. Actuellement, le diagnostic du Covid se fait par PCR. Eh bien, ce sont des biotechnologies. Il y a tout ce qui est industrie cosmétique, donc tout ce qui va être la mise au point de certains principes actifs, qui sont donc issus du vivant, ce sont des biotechnologies. Et tout ce qui va être contrôle qualité dans les industries cosmétiques, agroalimentaires, ce sont aussi des biotechnologies. Puis, on a aussi tout un domaine dans l'environnement pour notamment la dépollution, donc là, trouver des méthodes qui utilisent le vivant, c'est aussi extrêmement intéressant et utile. On fait des projets en classe pour que les élèves s'en rendent compte. Ce qui fait que de plus, les élèves, on arrive à les projeter sur des métiers futurs et pas que sur des métiers de techniciens. C'est-à-dire qu'on va les projeter sur un métier d'ingénieur, sur un métier de chercheur, sur un métier de qualiticien, sur un métier parfois même de management. Donc, les élèves sont aussi projetés en tant que futurs professionnels.

Donc, après le baccalauréat STL biotechnologies, on a une majorité d'élèves qui, effectivement, s'orientent vers des études de type BTS, des brevets de technicien supérieur, notamment les BTS de biologie technique. On a une partie importante également d'élèves qui s'orientent vers les BUT, les Bachelors universitaires de technologie, donc des formations en trois ans. On a dans une moindre mesure, des élèves qui s'orientent vers des classes préparatoires intégrées aux écoles d'ingénieurs, qui leur permettent de rejoindre directement des écoles d'ingénieurs, qui proposent donc ces classes préparatoires intégrées. On a également une petite proportion d'élèves qui s'orientent par exemple vers des CPGE, des classes préparatoires aux grandes écoles, notamment la CPGE TB, Technologie Biologie, qui permet, après deux ans de classes préparatoires, d'intégrer des grandes écoles d'ingénieurs. Puis, dans une moindre mesure encore, on a quelques élèves qui peuvent s'orienter, par exemple à l'université, directement en licence, ou alors vers des écoles comme l'IFSI Institut de formation en soins infirmiers, qui propose donc la formation pour devenir infirmier ou infirmière.

Une vidéo
produite par

ONISEP Académie de Créteil

Liste des vidéos

Retour en haut