Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 21581 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

LE MÉTIER D'ARCHÉOLOGUE

Rencontre avec Séverine Hurard, archéologue à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Le métier d'archéologue Je suis archéologue à l'Inrap, à l'Institut National de Recherche Archéologique Préventive. Je suis médiéviste et moderniste. Je suis archéologue depuis une douzaine d'années. C'est un métier de recherche scientifique, puis la démarche, c'est celle du chercheur. La démarche de l'archéologue, elle consiste à identifier des sites archéologiques, les caractériser, collecter les données sur le terrain pour pouvoir ensuite les exploiter. Ici, on se trouve sur un site de vestiges d'un camp d'entraînement du 17e siècle, qui a été construit en 1669 à la demande de Louis XIV, pour l'exercice des troupes de la maison du Roi. On est en train de fouiller les structures militaires. Il y a l'exercice militaire, mais on est aussi en train de fouiller les structures de campement, donc les tentes, les structures de combustion, les puits, les selliers, les caves. Il y a des découvertes qui sont assez émouvantes quand nous savons que nous retrouvons des dés à jouer ou des éléments qui nous rapprochent des individus qui ont campé ici et qui sont après partis à la guerre. C'est un métier qui est très exaltant, mais qui peut être aussi difficile, parce que quand on est sur le terrain, on est dehors par tous les temps. Donc, quand il pleut, quand il fait -18. Après, les misères, elles sont vite compensées par le sentiment de faire avancer la science. Le conseil pour devenir archéologue, c'est sans doute de commencer par le terrain. C'est un très grand révélateur. Pour savoir si on aime ça, il faut le faire, il faut le vivre sur le terrain. Il ne faut pas attendre d'avoir 21 ou 22 ans pour commencer à fouiller. La fouille, c'est l'essence de notre métier, donc il faut commencer par là. Si je pouvais donner un conseil à une personne qui veut devenir archéologue, c'est d'abord que souvent, le dénominateur commun chez les archéologues, c'est la passion pour l'histoire. Il faut une certaine pugnacité, une certaine persévérance. Il faut aimer le contact avec les autres, le travail en équipe, ce qui est absolument fondamental. On n'est jamais tout seul. Que ce soit sur le terrain ou en phase de post-fouille, en phase de publication, on est toujours au milieu d'un réseau de chercheurs. Globalement, il y a beaucoup plus d'opportunités de travailler en archéologie aujourd'hui qu'il y a 25 ans, puisque contrairement à il y a 25 ans, aujourd'hui, on a un Institut National en Recherche Archéologique Préventive. On a beaucoup de collectivités qui sont dotées de services départementaux, donc il y a des postes beaucoup plus régulièrement. Quand on est dynamique, motivé et pugnace, on arrive à se faire une place en archéologie sans trop de difficultés.