97675 vues

Fleuriste

Fêter un anniversaire, déclarer son amour, remercier un proche... le fleuriste met ses compétences techniques et son sens artistique au service de ses clients pour les accompagner durant tous les moments importants de leur vie.
Frédéric Le Coz, fleuriste depuis 6 ans. Moi, je suis fleuriste, c’est un peu par hasard. Parce que mon oncle était dans le métier de fleuriste. Je m’imaginais footballeur professionnel, vraiment un autre truc quand j’étais plus petit.

Quand il a fallu s’orienter, j’ai pris un apprentissage chez lui, puis ça a été la continuité. Après j’ai enchainé sur mes études. Donc j’ai commencé par un CAP en deux ans. Ensuite, j’ai fait mon BP en deux ans également. Et puis j’ai terminé mon BTM en deux ans également.

Etre fleuriste, c’est de travailler en boutique, réaliser des bouquets et des compositions, de mettre les fleurs en rayon. Le matin, on met en place la vitrine. Il faut avoir aussi l’œil pour l’entretien des plantes, regarder s’ils sont vendables.
On a également une relation avec le client qui est importante dans ce métier puisqu’il faut qu’on ait un rapport chaleureux avec lui, on lui donne des conseils, on recherche son besoin et savoir ce qu’il cherche vraiment dans notre magasin.

Il n’y a pas de journée type particulièrement. On arrive le matin, on sait ce qu’on a à faire. Mais la journée peut évoluer selon s’il nous arrive des commandes et des fax du deuil, du mariage. Au moment des fêtes, il faut être en forme, parce que c’est là qu’on a vraiment un coup de bourre, il faut être vraiment présent et disponible pour l’entreprise.

Ce que j’aime dans ce métier, c’est la différence des couleurs. Le mélange de couleurs qu’il peut y avoir, le mélange de texture, c’est la partie qui m’intéresse le plus. C’est créer, faire de nouvelles compositions, des bouquets, c’est ça qui m’intéresse le plus.

Les compétences d’un fleuriste sont relativement simples. Il faut être ouvert, avoir un esprit créatif, avoir un goût artistique. Il faut qu’on s’inspire un peu de tout ce qui nous entoure et faut être très curieux. La concrétisation de ce qu’on fait, c’est vraiment la vente. Au moins, là on sait si ça plaît, s’il faut qu’on change de style, c’est ce qui nous remet en question tout le temps.
On doit avoir un sens du contact très important. Le sens du contact c’est avec le client, avec nos collègues, nos patrons. Avoir un esprit d’ouverture avec les clients, les gens qui nous entourent en fait. C’est notre moteur pour créer et pour avoir l’inspiration de faire nos bouquets. Pour moi, c’est la qualité la plus importante dans notre métier.

Là, j’ai pris ce chemin là, il me convient tout à fait. C’est celui que je vais continuer longtemps j’espère. Si c’était à recommencer, je ne sais pas, comme c’est le hasard qui m’a emmené ici. Le hasard fait bien les choses.

Une vidéo
produite par

Educagri Editions Onisep Centre-Val de Loire

Liste des vidéos

Retour en haut