63557 vues

Entrepreneur en travaux forestiers

Les récentes tempêtes ont mieux fait connaître le travail des ouvriers forestiers et des entrepreneurs en travaux forestiers. Sylviculteurs ou bûcherons, ils réalisent au quotidien les travaux d'entretien et d'aménagement des massifs forestiers. Un métier à exercer en plein air, qu'il pleuve, neige ou vente.
Je m’appelle Charlélie, j’ai 28 ans et je suis entrepreneur de travaux forestiers. Je suis travailleur indépendant depuis juillet 2011.

Mon métier consiste à m’occuper des forêts, qu’elles soient jeunes ou vieilles. Il peut y avoir toutes formes de pratique. Ca peut être une sélection d’arbres dans un jeune peuplement de manière à améliorer la vitalité d’un certain nombre d’arbres ou de l’élagage forestier. Là, le matériel principal, c’est la tronçonneuse.

Les compétences nécessaires, c’est d’être assez sérieux dans son travail, être conscient des risques du métier. Mais avec certaines règles de sécurité, ça reste un métier comme un autre. Ca reste un métier qui est assez physique et puis il faut savoir parler avec les donneurs d’ordre ou les maîtres d’œuvre qui nous demandent des travaux particuliers pour qu’il n’y ait pas de quiproquo. Ca peut être un propriétaire forestier privé, ça peut être dans des forêts publiques qui sont gérées par l’ONF ou bien pour des forêts communales.

Il faut avoir une certaine connaissance du milieu forestier, connaître les différentes essences forestières, comment elles se comportent à la fois en peuplement qui peut être homogène ou avec des peuplements qui sont mélangés avec différentes essences.
Quand il pleut, le travail d’entrepreneur de travaux forestiers, ce n’est pas terrible. C’est surtout qu’on ne peut pas avoir accès au chantier.

Ce que j’aime dans ce métier, c’est travailler en forêt. C’est-à-dire que depuis que je suis petit, je veux m’occuper des forêts, toucher chaque jour du bois, vraiment être dehors.
J’ai eu un bac S agronomie, écologie et mathématiques. Et puis après ça, j’ai fait un BTS gestion forestière. Après, finalement, comme c’est la pratique qui m’intéressait, je me suis orienté vers tout ce qui est bucheronnage. Tout ce qui est pratique technique, je l’ai appris un peu sur le tas au contact de professionnel.

Je me vois bien dans quelques années aller faire un tour au Canada sur la côte ouest pour apprendre un peu les techniques de gestion forestière et les pratiques locales.

Une vidéo
produite par

ONISEP Région Languedoc Roussillon / Midi Libre

Liste des vidéos

Retour en haut