5784 vues

Electromécanicien, Florian

Montage, câblage, ajustage... l'électromécanicien intervient sur toutes les machines qui comportent des éléments électriques et mécaniques : compresseurs, robots industriels, moteurs électriques... Un métier de terrain.
Je m’appelle Florian Vandenpriessche, j’ai 30 ans et je suis électromécanicien.

Les machines sont en production. Dès qu’il y a un souci, un déréglage ou une panne, je dois intervenir assez rapidement parce qu’il y a quand même une production derrière pour pouvoir refaire partir le moyen industriel. Ca part de simples composants à des disjoncteurs, des contacteurs jusqu’à toute une armoire complète qui permet de faire fonctionner une machine industrielle pour alimenter toute la mécanique qu’il y a autour. Et moi, je suis là pour les entretenir et les réparer.

Je suis passé par un bac STI génie mécanique. Ensuite, j’ai poursuivi sur un BTS MAI, Mécanique et Automatisme Industriel. A partir de là, l’entreprise m’a contacté à la sortie de mon diplôme parce qu’il recherchait une personne ayant mon profil.

J’ai un supérieur, parce que bien sur, souvent il n’y a pas une panne, il y a plusieurs pannes en même temps. Donc lui, il me priorise sur les actions. Quand je détecte des dysfonctionnements ou des choses comme ça, je suis obligé de lui en parler pour que lui prenne des décisions notamment budgétaires, des choses dont je ne m’occupe pas du tout.
On est un groupe de 4 et on intervient sur toute l’enceinte de l’usine.

De la réactivité, un peu d’autonomie, savoir prendre des décisions assez rapides parce que bien sur quand une machine est arrêtée, il faut aller au plus vite. Il faut avoir un peu de méthodologie de dépannage, un sens de détection pour aller au plus vite sur la panne, connaitre un peu les machines et puis bien sur avoir les bases en électrotech. J’aime quelque chose qui ne marche pas. Et que quand vous arrivez, vous dépannez et que derrière ça remarche. Il y a une grande diversité des machines. Elles ne sont pas toutes identiques. Ca me permet d’apprendre beaucoup de choses, j’en apprends tous les jours même si ça fait 10 ans que je fais ce métier.

A terme j’aimerai carrément monter mon bureau d’étude pour pouvoir créer ces machines, pour pouvoir à partir d’une feuille blanche créer des machines qui me permettent d’améliorer la vie au quotidien soit des personnes dans la domotique, des choses comme ça ou toujours rester dans l’industrie et créer de nouveaux moyens industriels.

Une vidéo
produite par

Onisep Occitanie - Site de Montpellier Région Languedoc Roussillon / Midi Libre

Liste des vidéos

Retour en haut