117564 vues

Conductrice de train

Stéphanie Larcier, conductrice de train à la SNCF, nous emmène pour un aller-retour sur une ligne de banlieue parisienne. De jour comme de nuit, à chaque service, elle conduit à destination des milliers de voyageurs.
Je suis conductrice de train sur la banlieue parisienne pour la SNCF. Je fais ce métier depuis 10 ans et en moyenne on fait à peu près 5 trains par jour.

Mon métier consiste à conduire des trains. Je dois aussi gérer la sécurité des voyageurs, gérer l’aspect technique de la machine. Je dois aussi respecter le planning en fonction des trains que je fais et également les horaires qui me sont donnés en fonction du passage en gare.

J’ai choisi ce métier parce que j’avais 2 ambitions dans ma vie être conductrice de train ou dans la recherche. La recherche, ça n’a pas fonctionné donc je me suis remise à mon premier choix parce que mon papa était conducteur de train donc j’étais déjà montée en cabine. J’étais surprise de voir tous ces petits boutons en se disant c’est mon papa qui les conduit.

Avant la conduite des trains, c’est-à-dire la montée et descente des voyageurs, je dois aller chercher mon train dans les garages. C’est là où il stationne pendant la nuit. Je dois le dégarer et arrivée en gare, je commence mon service commercial.

Une fois que je suis en cabine, j’effectue les tests nécessaires à la conduite du train. Là je dois m’occuper des voyageurs, montée et descente des voyageurs. Je dois gérer la fermeture des portes et conduire des gens d’un point A à un point B dans des mesures de sécurité optimales.

Pendant la conduite, je dois faire attention à la signalisation, aux repères de freinage, c’est-à-dire les repères qui nous permettent de nous arrêter correctement en gare et également les repères en gare qui nous permettent de nous arrêter si on est un train long ou un train court.

Les compétences et qualités qu’il faut avoir pour ce métier sont la rigueur et la maîtrise de soi essentiellement. Les avantages de ce métier peuvent être des inconvénients pour les autres, les horaires décalés par exemple. Le fait de commencer très tôt le matin, ça nous laisse toute l’après-midi de libre. Ca nous permet de profiter pleinement de la journée après le travail.

Ce que j’aime dans ce métier, c’est que je suis autonome. Je fais tout toute seule. Le deuxième point que j’aime beaucoup aussi c’est conduire une machine et de conduire des gens qui nous font confiance finalement, c’est très valorisant.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut