33149 vues

CAP Carreleur mosaïste

Lire un plan, tirer une chape, découper et poser du carrelage au sol ou de la faïence sur des murs en CAP, on apprend les bases du métier de carreleur mosaïste. Une formation où il faut être précis et rigoureux pour avoir le plaisir de livrer au client, une belle salle de bain, par exemple.
CAP CARRELEUR MOSAÏSTE

Florian (apprenti 2e année) :

Pour un CAP carreleur, il faut être manuel, beaucoup de précision. Ça vient au cours des deux années. La pose, tout ça, on ne va pas forcément être bon dès le début.

Corentin (apprenti 2e année) :

Déjà, on commence par la lecture de plans, donc on étudie bien le plan pour savoir exactement comment il faut faire ne pas se tromper au niveau des angles, des mesures. Après, on fait le plan, on l'exécute par terre et on fait le traçage.

François Burel (formateur) :

En atelier, les jeunes doivent être capables de réaliser des travaux sans difficultés particulières, c'est-à-dire les préparations de supports, que ce soit en sol ou en mur.

Donc les chapes, les couches de mortier sont égalisées à niveau avant de recevoir le carrelage. Après, évidemment, ils sont capables de réaliser des poses simples de carrelage.

Florian :

Parfois, on a des petits escaliers à faire, ensuite on pose du carreau au sol de la faïence, du placo. Maintenant, à l'aide d'une règle et d'un niveau, on vient la mettre d'aplomb. Des fois, on fait, en atelier, de la mosaïque. On va poser notre faïence et des fois, on va avoir des coupes à faire et poser de la mosaïque, faire un triangle, un losange, un petit dessin, quelque chose comme ça. Ça peut nous permettre de voir autre chose que de poser toujours des carreaux entiers.

François Burel :

On a fait pas mal d'exercices là-dessus. Vous savez, à partir des axes d'une pièce, comment on peut positionner les carreaux.

Corentin :

On a les cours de dessin, les cours de technique, où on apprend plus la théorie sur le carrelage, avec les codes, les chapes et tout ça.

Florian :

Il faut connaître un peu les maths pour calculer les pièces et calculer le nombre de carreaux. Ça fait partie de la finition, donc on a le plaisir de voir la pièce quand elle est finie. Par exemple, une salle de bains, quand on a fait le sol et a faïence, c'est un plaisir de voir la pièce comme ça.

François Burel :

Le carreleur ne travaille pas seulement en maison particulière. Il réalise aussi des travaux dans des usines, dans des supermarchés, à l'extérieur des bâtiments où on a des contraintes particulières qui sont à prendre en compte pour la préparation du support ou pour le choix du revêtement.

Corentin :

Après le CAP, je compte faire un BP en carreleur mosaïste aussi. C'est encore plus poussé sur la technique, sur tout ce qui est théorie et tout.

Florian :

Je pense, après le CAP, faire au moins 3 ans dans une entreprise, puis ensuite me mettre à mon compte.

Une vidéo
produite par

Onisep Bretagne

Liste des vidéos

Retour en haut