Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 98211 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

LA PHARMACIE À L'UNIVERSITÉ

Ce film destiné aux lycéens porte sur les études de pharmacie à l'université.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

La pharmacie à l'université Daisy Mazier (étudiante de 2e année): J'ai choisi de faire la faculté de pharmacie, parce que je trouve que pharmacien est un métier à multiples facettes qui allie l'aspect social, médical et commercial. Je trouve ça très intéressant. Pierre Henri Villard (maître de conférence en toxicologie) : Jusqu'en 4e année, ils vont avoir des études très générales. On va leur enseigner de la biologie, de la biochimie, de la chimie, des petites notions de physique, donc c'est un enseignement très global et très généraliste. Carolyn Ruxton (étudiante de 4e année) : En 2e et en 1re année, c'est les bases. C'est tout ce qu'on doit savoir sur le corps, tout ce qui se passe dedans pour qu'on comprenne la suite. On est obligés de passer par là, mais en 3 et 4, on étudie tous les médicaments. Les pathologies cardiaques, gastro-intestinales, douleurs, la cancéro, la toxico. Enfin, plein de matières qui nous parlent plus. Pierre Paulin (étudiant de 3e année) : On va avoir beaucoup de pharmacocinétique, par exemple, donc l'absorption des médicaments dans le corps, comment ça se passe, comment ça se fait qu'un médicament va être plus efficace qu'un autre. Carolyn Ruxton : Les TP sympas à faire, il y a les TP de pharmacie galénique, où on fait des crèmes, des suppos, des gélules. C'est tout ce que les préparateurs font en pharmacie. On est obligé de les apprendre aussi. Ça c'est rigolo à faire. Après, on étudie, par exemple, les TP de microbiologie, où, pendant une semaine, on doit étudier l'effet des antibiotiques sur des bactéries.On a plein de petites manipulations à faire. Pierre Henri Villard (maître de conférence en toxicologie) : Pour le cursus du pharmacien qui veut, après, ouvrir une pharmacie d'officine, c'est 6 ans. On a à peu près 90 % de nos étudiants qui vont finir dans les officines, donc c'est les pharmacies de ville. Dans les 10 % restants, il y an a à peu près la moitié qui vont se destiner aux métiers de l'industrie et l'autre moitié qui vont passer l'internat, soit à terme pour devenir biologiste, soit pharmacien des hôpitaux. Carolyn Ruxton : Au début, je pensais faire plutôt de l'industrie, et puis, au fil du temps, je me rends compte que l'officine, c'est pas plus mal. Il y a pas mal de choses à faire aussi. On doit être là pour savoir ce qu'il faut faire, ce qu'il faut dire aux patients. On est censé connaître toutes les interactions entre les médicaments. Daisy Mazier (étudiante de 2e année): J'aimerais passer le concours d'internat afin d'être radiopharmacien et intégrer un service de médecine nucléaire.