Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 1770 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

BAC PRO TECHNICIEN GÉOMÈTRE – TOPOGRAPHE

Dans ce bac pro les élèves apprennent à faire des relevés topographiques à l’aide d’un tachéomètre, puis ils transfèrent les données enregistrées sur un ordinateur et enfin, par traitement numérique, obtiennent un plan en 3D.

BAC PRO TECHNICIEN GEOMETRE TOPOGRAPHE Catherine Gascoin : Le baccalauréat géomètre topographe permet de former des jeunes qui vont assister le géomètre dans tout type de tâche. Aussi bien sur le terrain, qu'au bureau. Que ce soit du calcul et un petit peu de juridique. On a vu une activité qui est du lever topographique, avec des instruments qui s'appellent des tachéomètres. L'objectif est de saisir des données, d'enregistrer des données qui sont prises sur des points caractéristiques du terrain et qui vont permettre de faire des plans. Les jeunes observent, soit derrière l'instrument quand l’instrument n’est pas robotisé, soit, comme vous l'avez vu, avec un appareil robotisé et un enregistrement de données. Ça nécessite énormément de contrôles, la mise en place de l'appareil, son contrôle et les contrôles de sites et de références sur le terrain. Une fois l'étape de terrain passée, l'acquisition des données prises, on transfère ces données. Élève 1 : Il faut aller dans "Exporter les données" pour récupérer les mesures que j’ai prises tout à l'heure sur le terrain et puis il faut les mettre dans la clé USB. Catherine Gascoin : Une phase de calculs se fait avec des logiciels professionnels. En cours d'apprentissage, on apprend à faire ces calculs à l'aide de calculatrices. Donc il y a une partie calculs et contrôles. Ensuite, ces données vont être exploitées en traitement numérique, toujours avec des logiciels professionnels, pour obtenir un plan en trois dimensions. Donc, en planimétrie et en altimétrie. Le dossier le plus courant, c'est quand le géomètre va aller délimiter ou borner une propriété, parce qu'une personne veut la diviser. Élève 2 : Dans le cadre de la partie foncier, il y a le cadastre. Dans cet exemple, on a une parcelle, qu'on divise en trois parties, les lignes rouges. Et ça, c'est la parcelle initiale. Catherine Gascoin : Et on va être amené après à faire du projet dessus, à amener une voirie de lotissement par exemple, pour desservir, donc on va étudier la voirie, les réseaux. Et tout ce qui est cadre juridique de l'urbanisme. Le jeune qui arrive en baccalauréat, il faut qu'il aime aller sur le terrain, car au début de sa carrière, ce sera pratiquement 80 % de son temps passé sur le terrain. Ensuite, il faut qu'il aime faire des calculs, aime la géométrie. Il faut qu'il soit rigoureux en mathématiques. Il faut qu'il ait une vision dans l'espace pour faire du dessin qui va être assisté par ordinateur. Élève 3 : Ce qui me plaît dans la formation, c'est le fait de varier le terrain et le bureau. C'est souvent être dehors, parce que j'aurais pas supporté d'être tout le temps dans un bureau. Catherine Gascoin : La plupart de nos jeunes veulent continuer et peuvent continuer en BTS, les métiers du géomètre topographe et de la modélisation numérique. La finalité, c'est une insertion professionnelle dans les secteurs du géomètre expert, la topographie, mais aussi des travaux publics. Et également dans certaines administrations comme le cadastre.