1113 vues

Dans mon entreprise d'énergie solaire

Yannick, Nelly et Stéphane travaillent dans une entreprise d’énergie solaire. Responsable de bureau d’études, assistante chef magasinier et chef d’équipe installateur chauffe-eau solaire. Ils conçoivent, préparent et posent des installations de production d’eau chaude solaire et d’électricité photovoltaïque pour les particuliers et les professionnels. Ils nous parlent de leur parcours, leurs difficultés et nous présentent leur métier.


Yannick Fontaine, responsable bureau d’études dans une entreprise du secteur des énergies renouvelables sur la Réunion.
Au collège, j’étais un élève moyen. J’aimais beaucoup les matières techniques, notamment les maths, la physique, la chimie. Je m’appliquais énormément dans ce que j’aimais. À la suite du bac sciences de l’ingénieur que j’ai obtenu, je suis parti sur un BTS bâtiment dans le gros œuvre, tout ce qui est béton. Après mon BTS, j’ai décroché un premier travail dans une multinationale qui gère des réseaux pétroliers, construction de stations-service. J’étais en CDI pendant un an et demi. Et au bout d’un an et demi, où j’ai sillonné toute la France en déplacement sur des gros chantiers autoroutiers, j’ai décidé de revenir sur la Réunion dont je suis originaire. Ça a été long. Il a fallu postuler à plein d’offres, plein de formations. À la suite de ça, j’ai eu une formation Pôle emploi sur du dessin assisté par ordinateur. J’ai fait cette formation et à la suite de celle-ci, j’ai eu un stage dans l’entreprise où je suis aujourd’hui. J’étais là pour faire du dessin, purement. Ensuite, quelques mois après, je suis passé chargé d’études à responsable maintenance à conducteur de travaux et aujourd’hui responsable bureau d’études. Voilà pour mon parcours, maintenant, je vais vous faire découvrir mon métier. Allez, on y va.
Je travaille dans une entreprise du secteur des énergies renouvelables dont le domaine d’activité principal, c’est l’eau chaude solaire. Mon travail consiste à gérer le bureau d’études. Le bureau d’études, c’est la cellule qui va éditer les devis pour les clients, qui va fournir des plans, fournir des détails techniques, des schémas sur les installations qu’on va mettre en œuvre. Mon rôle consiste à fournir au client un projet sur-mesure suivant ses besoins.
Du coup, ma journée commence à huit heures. Je consulte mes mails, vérifier les différentes demandes, les sollicitations des différents services de la société et des clients. Une partie de mon métier consiste à répondre aux sollicitations des clients. J’ai un client qui a besoin d’une installation photovoltaïque. Via un logiciel de dessin assisté par ordinateur, AutoCAD, je vais lui implanter sa centrale. Je me cale sur mon planning, qui est établi de manière hebdomadaire avec mon chargé d’études. La répartition est faite en fonction des dates butoirs demandées sur les diverses sollicitations, donc soit des devis et des réponses aux appels d’offres, les plans, les visites de chantier, les visites de sites, les améliorations, la gestion des petites urgences.
D’accord, donc, aujourd’hui, ça ne fonctionne pas top.
Non, ce n’est pas top. Ça ne fonctionne pas.
On va étudier ça rapidement.
Tout ce travail, l’objectif final, c’est que le client ait une installation fonctionnelle. Quand c’est de l’eau chaude solaire, que les clients puissent avoir de l’eau chaude et quand c’est du photovoltaïque, qu’ils aient une belle réduction sur la facture.
Dans ce que je fais tous les jours, j’aime ce qui est conception des installations, avoir la vision du bâtiment, imaginer par où nos réseaux vont passer et essayer d’avoir le moindre impact possible sur le bâtiment en visuel, et derrière, essayer de faire des économies pour l’entreprise en optimisant au mieux nos installations.
Voilà, vous avez eu un aperçu de mon métier aujourd’hui. Maintenant, je vous laisse aller voir mes collègues, Nelly.

Moi, c’est Nelly Moimba et je suis assistante-chef magasinier.
Au collège, je n’aimais pas trop l’école. Je n’aimais pas trop le côté d’aller en cours, de se lever et d’aller en cours pour rester assis et écouter le prof. Je n’aimais pas ça. Après mon collège, du coup, j’ai fait un CAP mécanique parce que je n’ai pas eu de place en vente, parce que je voulais faire de la vente. J’ai passé quand même le CAP. Ensuite, je me suis orientée vers un bac pro commerce et j’ai fait mon bac. Ensuite, j’ai fait des petits boulots dans plusieurs domaines, dans l’auto-école, dans le transport aussi, entre-temps. Ensuite, je suis parti avec le CNAM en métropole, dans un grand entrepôt. C’était une entreprise de vêtements. Je suis revenue à la Réunion. J’ai tout de suite postulé dans différentes entreprises pour pouvoir travailler dans la logistique et j’ai eu un appel d’une entreprise de chauffe-eau solaire. Ensuite, je suis arrivé ici en tant qu’assistante-chef magasinier dans cette entreprise.
Venez avec moi, je vais vous montrer ce que c’est mon métier. Ma journée commence à six heures du matin. Du coup, c’est moi qui ouvre le dépôt avec mes collègues, les autres magasiniers. On finit la préparation des commandes pour que les poseurs, quand ils arrivent, ils puissent charger dans de bonnes conditions. Tous les poseurs arrivent en même temps, donc il va falloir bien gérer tout ce qu’il y a pour les différents poseurs, les différents chauffe-eau à prendre et les différents matériels à prendre. Il faut être bien vigilant et du coup, c’est très dynamique.
Amène juste deux cuves avec deux résistances.
Quand on a déjà donné leur matos aux gars le matin, je saisis les bons de commande en bons de livraison sur un logiciel. Ensuite, j’anticipe les préparations pour le lendemain.
Je travaille avec différentes personnes dans l’administratif qui me donnent des bons de commande à préparer pour les différents chantiers. On a des jours vraiment compliqués quand on a un conteneur à dépoter, des préparations de commandes derrière à anticiper pour le lendemain ou si on a des poses qui sont annulées par rapport au temps. Donc la journée, ça peut être très dynamique ou pas.
Pour exercer mon métier, il faut être polyvalent, savoir et aimer travailler en équipe et avoir de la rigueur. J’ai de la manutention à faire avec le gerbeur, le transpalette, déplacer des cartons, ranger, faire le réapprovisionnement, le facing, réceptionner des produits, voir leur conformité, dépoter un container. J’aime bien le fait qu’on bouge beaucoup, qu’on n’est pas assis.
Vous avez vu plein de trucs sur mon parcours et mon métier. Maintenant, je vous invite à aller voir Stéphane.

Moi, c’est Stéphane Gardénia, chef d’équipe, installateur chauffe-eau solaire.
Au collège, ça n’allait pas du tout. Je n’aimais pas l’école. Ce n’est pas mon truc. C’était vraiment aller au plus vite dans le monde du travail. J’ai fait une troisième insertion. C’est une troisième où on était à l’école et en même temps, on faisait des stages. Ce qui me plaisait, c’était d’aller à l’école et en même temps, pouvoir aller en stage dans une entreprise pour travailler, on va dire. C’était vraiment ça le truc qui m’a remotivé pour aller à l’école. À ce moment-là, j’ai choisi la mécanique automobile. J’ai fait plusieurs stages dans plusieurs garages. J’ai passé mon CFG, puis j’ai fait ma demande en lycée professionnel pour pouvoir faire un CAP en mécanique automobile. Quand j’ai reçu mon CAP, j’ai refait un an en mention complémentaire sur l’électronique dans les voitures. Mais à la fin de l’année, je ne voulais plus aller à l’école. Du coup, j’ai arrêté. Je voulais vraiment entrer dans le monde du travail. J’ai fait un an et demi, paysagiste avec mon père. Il m’a appris. À la fin, je suis parti dans la menuiserie aluminium, puis dans l’entreprise actuellement en tant qu’installateur chauffe-eau solaire. Au début, j’étais aide-magasinier. J’ai progressé. Je suis passé en tant que second de pose, puis actuellement en tant que chef d’équipe.
Venez avec moi, je vous montre ce qu’est mon métier.
Mon rôle, c’est d’installer des chauffe-eau solaires chez des particuliers. Ma journée, je sors de chez moi vers cinq heures et demie, six heures moins le quart. On fait du covoiturage avec mon équipe. On se rend au dépôt. Mais avant ça, en amont, sur mon téléphone, j’ai déjà mon planning, donc je sais déjà l’endroit d’où on part et les matériels qu’il me faut. Je fais le point avec l’assistante aide-magasinier. On regarde si on a le même bon de sortie niveau matériel. Si c’est bon, on valide, puis on contrôle s’il y a tous les petits matériels.
Visserie, pas de Z, les rails, c’est bon, Le cuivre aussi et les points d’ancrage. Ok
Avec mon équipe, on fait le chargement du matériel dans le camion, puis on se rend chez le client. Par jour, on fait deux installations. Ça arrive qu’on fasse une seule installation. Tout dépend des complications qu’on peut avoir. Souvent, c’est l’accès, l’accès très difficile, ou sinon des toits trop pointus, là où c’est vraiment délicat pour travailler. Sinon, c’est quand il y a la pluie. Quand il y a de la pluie, on ne peut rien faire.
Dans mon équipe, il y a deux aide-installateurs. En tant que chef d’équipe, c’est moi qui ai toutes les responsabilités. Je fais le point avec le client. Je confirme l’emplacement de la tuyauterie et du chauffe-eau avec le client pour pouvoir vraiment valider.
Il faut toujours des lunettes pour protéger les yeux. La plupart des poses, chacun a vraiment ses tâches. Moi, c’est plus la plomberie et eux, c’est l’installation du chauffe-eau, les ballons et les capteurs. Si je finis en premier, je remonte sur le toit pour les aider. Si ce sont eux qui finissent en premier, ce sont eux qui viennent. On est une équipe, on s’entraide. À la fin, je refais le tour avec le client pour valider le travail, si c’est OK pour lui. c'est bon?
On a fini l’installation. Monsieur a validé notre travail. Il a signé les documents. On va prendre le véhicule et faire deux autres interventions. Ce qui me plaît dans mon métier, c’est faire des rencontres de plusieurs personnes, de rendre des gens heureux pour avoir de l’eau chaude, pour pouvoir se laver et découvrir plein de paysages. Grâce à ma motivation et ma volonté, je m’en suis bien sorti. Aujourd’hui, je suis chef d’équipe. Je suis vraiment très, très heureux quand je regarde aujourd’hui où je suis.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut