137750 vues

Libraire

BD, livres scolaires, biographies, romans policiers... près d'un million de livres sont vendus chaque jour en France. Il revient aux libraires d'orienter les choix des lecteurs parmi la profusion des titres proposés.
Je travaille dans une grande librairie indépendante et généraliste à Montreuil. Je suis co-directrice du magasin depuis quelques mois. Je dirige une équipe d’une dizaine de libraires qui travaillent dans cette librairie.

Etre libraire, c’est vendre des livres, c’est beaucoup de plaisir mais le reste du temps, c’est beaucoup de gestion, c’est un commerce et c’est des livres. C’est-à-dire qu’il y a à la fois un contenu culturel très fort et à la fois c’est faire tourner un magasin, payer des gens, il faut être très structuré.

Le libraire est responsable de son assortiment. C’est le libraire qui choisit les livres qu’il a dans son magasin. Donc il faut qu’on réponde à une demande très large et qu’à côté de ça on puisse satisfaire des clients très exigeants. Donc on doit toujours osciller entre grand public, satisfaire la demande de n’importe quelle personne qui a envie de lire des livres de divertissement par exemple et des choses beaucoup plus pointues.

Le commerçant cherche toujours à satisfaire son client. La première chose à faire c’est de les questionner sur leur envie, ce qu’ils ont déjà lu qui leur a plu, ce qu’ils ont envie de lire, dans quel état ils se sentent. Sils ont lu quelque chose de gros, de tout petit, si c’est pour eux ou pour un cadeau. On affine la recherche, on regarde tous les livres qu’on a en magasin, le catalogue à la bibliothèque qu’on a dans notre tête et là c’est matrix qui se met en marche, des critères, des sélections et là il y a les 3 livres qui correspondent à ce client qui apparaissent et on lui propose et parfois ça marche et il repart content et nous on est content aussi.

Pour être libraire, il faut aimer lire bien sûr. Mais ça ne suffit pas. C’est-à-dire que des gens viennent avec des demandes, il faut qu’on sache s’adapter, il faut qu’on sache poser des questions, être curieux. Il faut rebondir quand on n’a pas ce qu’on veut proposer. Et puis, faut qu’on vende aussi parce que nous sommes des commerçants.

Je suis arrivée dans la librairie un peu par hasard. J’ai toujours été lectrice, très lectrice même. Très naturellement, je me suis orientée vers des études de lettres. J’ai eu une licence de lettres. Et pendant ma maîtrise de lettres, on m’a demandé de faire un stage. J’ai choisi de faire un stage en librairie, ça m’a beaucoup plu. On m’a demandé de refaire une formation à l’INFL, c’est l’école de librairie qui se trouve à Montreuil. Pendant 2 ans, j’ai été en alternance. J’ai obtenu un BP, un brevet professionnel. Et je n’ai jamais bougé de la librairie où j’ai fait mon premier stage, il y a 6 ans.
J’aime beaucoup venir ici le matin parce que j’ai l’impression d’être un peu dans ma maison et puis il y a quelque chose de très excitant dans le métier de libraire, c’est de vendre un livre, d’être sûr d’avoir déniché la perle rare pour un client. Il s’en va et on ne sait jamais s’il a aimé ou pas mais on reste persuadé qu’on a fait le bon choix. Et on vit dans cette espèce d’imaginaire bienheureux et on est content.

Une vidéo
produite par

ONISEP

Liste des vidéos

Retour en haut