4955 vues

Bac pro Conduite et gestion des entreprises maritimes option commerce

Pour l'élève qui veut travailler dans la plaisance professionnelle, "avoir un bateau, emmener des gens en mer", ce Bac Pro propose de s'initier à la manoeuvre d'un navire sur des simulateurs. On y apprend les règles de navigation, la conduite, l'entretien des machines et aussi la gestion d'entreprise.
JULIEN : On se croirait vraiment à la passerelle. C'est impressionnant. Vous pouvez même avoir le mal de mer s'il y a de la houle à l'écran. C'est la réplique exacte d'un navire de commerce. À la passerelle, c'est des écrans, mais tout ce qu'il y a sur les écrans, c'est exactement comme à bord.

MICHEL BIGER : Ils vont régulièrement sur notre navire école et bien sûr, les cours sur simulateur que l'on fait en général tous les 15 jours. On alterne avec la théorie et également la pratique, ici, sur simulateur.

JULIEN : Les matières que je préfère sont la navigation, la cartographie, tout ce qui a trait au métier de marin, le matelotage, tout ça, tout ce qui est vraiment marqué par le métier. Moi, plus tard, j'aimerais travailler dans la plaisance professionnelle, pouvoir avoir un bateau, emmener des gens.

MICHEL BIGER : Après ce Bac Pro, la plupart vont aller naviguer. Ils vont occuper tout d'abord le poste de matelot, parce qu'il va falloir valider leur diplôme pour le transformer en brevet. Et une fois que le brevet sera validé, éventuellement, ils vont pouvoir monter et donc accéder à des postes de commandements.

JULIEN : Les principaux cours professionnels, c'est essentiellement de la navigation, de la mécanique, de la stabilité, de la gestion d'entreprise. La gestion consiste, comme l'intitulé du diplôme du Bac le dit, à gérer une entreprise maritime. Chose qui est complètement différente d'une entreprise à terre.

MICHEL BIGER : Ils ont également dans cette option des cours de machines, plus que dans l'option pêche.

JULIEN : Tout à l'heure, on préparait les circuits du moteur pour enfin pouvoir le démarrer. L'objectif, c'était ça, démarrer le moteur.

MICHEL BIGER : La durée totale des stages sur les trois ans est de 22 semaines. Sur ces 22 semaines, il y aura une partie des stages qui vont être embarqués à bord de navires de commerce, pour cette option, et une autre partie pour des stages obligatoires, c'est-à-dire un certificat général d'opérateur, la lutte avancée contre l'incendie, la mise à l'eau des embarcations.

JULIEN : Alors moi, je suis parti en stage sur un ferry, qui reliait Marseille à la Corse. Pendant mon stage, j'ai été aussi bien au pont, à la manœuvre, qu'à la passerelle. À la passerelle, on regarde ce qui se passe, on n'a pas trop le droit d'intervenir. C'est très intéressant, car tout ce qu'on a appris, on le met en pratique. Ce qui me plaît dans cette formation ? Il y a beaucoup de choses. La première, c'est de se sentir libre. Une fois qu'on est en mer, il n'y a pas grand-chose qui peut vous arrêter ou changer vos idées sur le moment. Je pense que c'est déjà bien.

Une vidéo
produite par

Onisep Bretagne

Liste des vidéos

Retour en haut