Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 539 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

VENDEUR EN ARTICLES DE SPORT

Face à une clientèle informée et exigeante, les vendeurs doivent savoir argumenter. Et adapter leur discours en fonction des besoins de chacun. Au terme de vendeur, on préfère aujourd'hui celui de conseiller.

Je m’appelle Julien, j’ai 25 ans et je suis vendeur en articles de sport à Jacou. Mon métier consiste à conseiller les gens en fonction de leur activité et de leur niveau. Ca va être tout ce qui est mise en rayon, présentation des produits, commande aussi des produits. Faire un rayonnage clair de façon à avoir pour tel type de clientèle toujours le produit adapté. Il y a une autre partie qui est de se renseigner sur les produits. C’est-à-dire d’aller chercher, creuser plus loin que ce que nous dise nos fournisseurs. Mon but ce n’est pas nécessairement de faire en sorte que les gens achètent plus ou plus cher. Mon but c’est surtout que les gens soient contents, qu’une fois sur le terrain par rapport aux contraintes qui vont subir, qu’ils aient le matériel adapté. C’est ce qui fidélise la clientèle, qui fait qu’elle nous fait confiance et qu’elle va revenir derrière. J’ai fait aussi pas mal de montagne, d’alpinisme principalement. C’est ce qui m’a amené à fréquenter ce magasin en tant que client. Et du coup ce magasin m’a embauché en tant que vendeur. Ce qui a fait poids je pense, c’est surtout la connaissance du matériel. On est 4 à travailler dans ce magasin. Donc on est 2 en vente. Il y a aussi une employée qui est là pour toute la partie administrative. Ensuite, le patron qui lui est un peu à tous les postes. C’est lui qui tient la plupart des chiffres en fait. Il y a une curiosité qui faut avoir pour faire ce métier mais qui généralement vient avec la pratique. Après il y a une facilité à parler qu’il faut avoir, une facilité à échanger avec les gens. Comme tous les métiers du commerce, on n’a pas les mêmes week-ends que tout le monde, c’est-à-dire que le samedi on est sur le pont. L’autre inconvénient, c’est de voir à longueur de journée des gens partir aux quatre coins de la planète même si des fois ils nous envoient des cartes postales. Pour l’instant, j’ai la chance d’avoir ce boulot qui me permet de vivre tout court et de vivre ma passion. Et le plus grand intérêt en fait c’est de pouvoir parler de montagne, d’aventure et de voyage avec en gros la quasi totalité de ces clients et d’être un peu là-haut en étant ici.