Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 71 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

PAUL, APPRENTI EN CAP EMPLOYÉ DE VENTE SPÉCIALISÉ

Paul, 18 ans, prépare un CAP employé de vente spécialisé en alternance dans une librairie. Grâce à un accompagnement adapté, il a réussi à s’intégrer dans cette petite structure qui lui permet de s’exprimer et dépasser ses difficultés de communication.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m'appelle Paul, j'ai 18 ans. Je suis en CAP en alternance en vente, c'est à dire que je vais une semaine en cours pour apprendre et une semaine en entreprise pour le travail de vendeur. En grande section, l'institutrice s'est rendu compte qu'il quittait le groupe, qu'il allait se nicher dans des livres, qu'il se bouchait les oreilles quand il entendait du bruit, qu'il n'avait pas beaucoup de contacts avec ses amis, qu'il était seul dans la cour de récréation et donc l'institutrice m'a demandée de faire un bilan, divers bilan qui ont été faits et qui ont conclu un problème de trouble envahissant du développement. Donc Paul souffre du syndrome d'Asperger qui est un trouble de la communication. Une fois que le diagnostic a été posé, à ce moment là, on a mis en place une prise en charge spécifique qui avait pour but essentiellement d’aider Paul à acquérir ce qu'on appelle les habiletés sociales, c’est-à-dire la communication avec l’autre, voir ce que l’autre attendait de lui et se comporter comme un enfant classique en société. A partir du CP, ça a été un peu mieux. J'ai continué ce parcours normal puisque ça marchait bien pour moi. Les cours, je les suivais parfaitement mais avec l’aide d’une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) qui m’aidait parfois quand j'avais besoin pour certains détails et qui pouvait aussi me conseiller. Il n’avait pas de problème de comportement ce qui fait qu’il n’était pas violent donc il a pu suivre un cursus classique. A l'issue de la quatrième les notes décrochent. Il a du mal à suivre car on lui demande plus de réflexion. Il fonctionnait très bien avec du par cœur même un petit peu savant, poussé mais du par cœur et à partir du moment où on lui demande de réfléchir, d'analyser de l'implicite, là il butte beaucoup et l'école me convoque pour me demander de voir ailleurs. J’ai trouvé une place dans une école qui a une classe ULIS. Alors dans cette classe, Paul bénéficiait d’un encadrement particulier puisqu’en fait il y avait je crois un enseignant plus une AVS collective pour l'ensemble de la classe et des intervenants variés une Orthophoniste, une art-thérapeute. Au bout de quatre ans l’établissement l'a orienté vers un CFA (Centre de Formation pour Apprentis) et il y est depuis septembre dernier. Paul prépare chez nous un CAP EVS, ça veut dire Employé de Vente en magasin Spécialisé donc ce n’est pas un vendeur directement mais c'est quand même un jeune qui va aider à la vente, qui va renseigner, qui va s'occuper du réassort des produits du maintien de l'état marchand du rayon. Des personnes en situation de handicap, on en a déjà accueilli, mais c'est vrai qu’on n'était pas forcément habitué même si on l'a déjà fait de manière ponctuelle, on n'est pas habitué à avoir un travail aussi important avec une équipe accompagnante. Notre intervention se fait vraiment à l'interface, dans le suivi de Paul, de l'entreprise, du centre de formation et de la famille. Ce qui est important c'est de comprendre Paul : qu’est ce qui va le perturber dans son environnement par rapport à des aspects qui peuvent être des aspects de confiance en soi mais aussi des aspects cognitifs. Alors Paul est arrivé il y a sept mois à peu près et donc il s'occupe du secteur jeunesse avec la libraire qui est responsable du secteur. Et donc Paul une fois tous les 15 jours aide la responsable du secteur à ranger les livres, à maintenir ce rayon en ordre et à accueillir des clients principalement. La nouveauté pour Paul c'est quelque chose qui n'est pas évident. Pour Paul tout est nouveau à chaque fois donc il faut reprendre, il faut expliquer pourquoi et puis il ne faudra pas hésiter à revenir plusieurs fois sur un point. Paul reste quand même quelqu’un qui aujourd’hui encore a besoin de temps pour absorber ces nouveautés qui arrivent. Paul a énormément d’atouts. C’est un garçon qui est patient, qui a une qualité d’écoute incroyable, qui a beaucoup de richesses personnelles. On sent que Paul a son univers. Il a ce goût de la parole, de la relation qui je trouve est formidable. Ce sera un énorme atout pour Paul. Il dégage aussi beaucoup de joie lorsqu’il est à la librairie. Je l’ai entendu souvent rire avec des clients. Il a un visage qui est plus heureux qu’il y a quelques mois. Paul a beaucoup de choses à vivre, je n’ai aucune inquiétude pour son avenir. On crée nous-même notre pièce de théâtre. J’aime voir Paul arriver à se mettre en colère, à dire des gros mots et prendre du plaisir. Je ne pense pas qu’il ose le faire au quotidien et chez les ados c’est quand même un passage normal. Moi j’aime bien lui laisser cet espace de création, ici c’est possible, éclate-toi. J’ai fait beaucoup d’études, de rééducation, de séances d’orthophonie et je me rends compte que j’ai quand même changé parce que j’arrive malgré tout à m’intégrer dans la société, créer des liens amicaux et être à l’aise. Même si j’ai le syndrome d'Asperger, j’ai quand même des capacités à faire certaines choses.