Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 5482 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

PARCOURS DE LICENCE PRO BATIMENT BASSE CONSOMMATION EN APPRENTISSAGE

Mickael est apprenti dans une PME du secteur du bâtiment dans le cadre de la Licence pro Bâtiment Basse Consommation. Il nous raconte son parcours depuis le Bac et son choix de l'alternance.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m’appelle Mickael, j’ai 22 ans. Je suis en licence professionnelle BBC (Bâtiment à Basse Consommation) et je suis en apprentissage dans une société qui réalise des tests d’étanchéité à l’air des bâtiments. Mon parcours, j’ai passé un bac scientifique en lycée agricole. A la suite de ce bac, j’hésitais déjà entre une école vétérinaire, enfin une prépa BCPST (Biologie Chimie Physique et Sciences de la Terre) ou le BTS fluide énergie environnement. J’ai effectué ces deux ans de prépa parce que mon rêve de gamin était de devenir vétérinaire. Je n’ai eu aucun concours. J’ai bifurqué sur un BTS fluide énergie environnement. Je commence à me renseigner dès la première année de BTS sur des licences professionnelles parce que je voulais une poursuite plutôt courte, un an et après travailler, venir dans la vie active. Une fois que j’ai choisi ma licence professionnelle bâtiment basse consommation, en décembre-janvier de ma deuxième année de BTS, je commençais vraiment à postuler sur différentes entreprises dans des tests d’étanchéité à l’air, dans des bureaux d’étude aussi. La société que j’ai eu la chance d’intégrer, c’est une PME avec plusieurs agences en France pour essayer de couvrir un maximum de territoire. Le fait d’être en apprentissage, on peut être autonome. On peut aussi se faire des plaisirs. Et donc ma première paie est passée dans une moto d’occasion. C’est très pratique pour se rendre au travail, à l’école, etc. Alors la licence BBC pourquoi ? Parce que c’est quand même un métier très porteur d’essayer d’améliorer les consommations énergétiques des bâtiments. Pour moi c’est l’avenir. Il ne faut pas négliger ce point-là donc cette licence m’a particulièrement attiré. Qu’est-ce-qu’on y fait ? On y étudie les bâtiments à basse consommation. Comment rendre un bâtiment basse consommation que ce soit avec le bio éclairage, l’étanchéité à l’air, l’infiltrométrie, les caméras infra rouge pour le côté thermique. Ca va jusqu’à l’anglais appliqué au bâtiment, donc les termes techniques mais aussi la construction donc le béton, les différents bétons, l’isolation, les différents types d’isolant. On aborde un peu tous ces aspects dans le but de comprendre les bâtiments et de bien les penser, c’est-à-dire bien les orienter, bien les utiliser. Beaucoup d’intervenants sont des professionnels, ils ont des regards plus critiques, on a des cas concrets, c’est professionnel. Le principe de l’alternance pour moi, c’est environ 3 semaines en cours et plus ou moins 4 semaines en entreprise. Les journées de travail sont très variées parce qu’il y a des jours où c’est plutôt bureau donc rédaction des rapports, préparer les tests avec les échantillonnages, etc. ou alors des journées exclusivement chantier notamment ou des fois c’est un peu les deux. Mais c’est ça que je recherchais, c’est vraiment très varié et très enrichissant. Sur le chantier, on arrive, on teste un bâtiment ou un logement. On teste les menuiseries, on voit les fuites avec la machine à fumée. C’est vrai que pour expliquer à quelqu’un qui pose ses fenêtres comme ça depuis 20 ans, dire voilà il y a des fuites, il faut changer les méthodes, c’est très dur et en particulier dans le bâtiment. Il faut leur expliquer, savoir être pédagogue et essayer d’être sérieux. Alice Méheut, Tutrice de Mickael Ce que j’ai proposé au départ à Mickael c’est qu’il nous accompagne en binôme pour faire des mesures d’étanchéité à l’air. Mais très vite, en parallèle au bureau, il a été amené à faire des calculs de performance thermique, parce que ça correspondait à ses compétences de base donc il a pu faire ça en assez grande autonomie rapidement. Et puis la prochaine étape qui est déjà toute prête pour demain matin, c’est qu’il ira faire des mesures tout seul. Et ensuite, il évoluera aussi dans son autonomie parce que je pense qu’il pourra même un jour emmener avec lui des stagiaires pour les former. Avec le recul, si j’avais su, j’aurai peut-être fait un BTS en alternance. Je pense que c’est vraiment valorisant. Je me mets à la place d’un patron qui a le choix entre deux jeunes, un qui sort de l’école pure et dure, qui n’a pas vraiment été en entreprise. Quelqu’un qui vient d’un apprentissage, il y a un suivi derrière avec le livret, on peut donc savoir comment il se comportait, est-ce que ça allait, je pense que du point de vue d’un patron ou d’un recruteur, il n’y a pas photo.