Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 87 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

OCÉANE, AIDE POUR L'ENTRETIEN ET MISE EN RAYON

Océane, 25 ans a trouvé dans l’horticulture un moyen d’exister et de concilier ses goûts avec les exigences de son handicap. Grâce à l’accompagnement d’un ESAT hors-les murs et à beaucoup d’efforts, elle est parvenue à trouver sa place dans une jardinerie.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m’appelle Océane, j'ai 25 ans. Je suis allée à l'école normale comme tous les autres jusqu'à l'âge de 13 ans et après j'ai eu une maladie au cerveau, une méningo-encéphalite herpétique, en fait c'est de l'herpès qui monte au cerveau, c’est plus simple comme ça. J’ai été dans le coma et en revenant à moi, j'ai perdu la mémoire, j'avais le cerveau endommagé. Elle savait encore lire mais au niveau de l’écriture, du langage, elle avait des soucis. Elle a été rééduquée pour la marche et pour les souvenirs afin qu’elle s’imprègne à nouveau de son environnement avant sa maladie. On ne connaissait pas les séquelles. Un an et demi après son retour au collège, je me suis rendu compte qu’elle avait des moments où elle se déconnectait. Elle restait figée, elle prononçait des mots incohérents, je ne comprenais pas ce qu’elle disait. J’ai consulté et on a découvert qu’elle était épileptique. Je ne savais pas trop ce que c’était et le neurologue a dit que mes crises je les aurai tout le temps. Au début j’ai fait une seconde générale parce que je ne savais pas quoi faire. Ils m'ont dit que de toute façon je n’y arriverai pas parce que c'était trop compliqué, j'ai quand même essayé. J’ai fait une seconde en 2 ans, j'avais le droit au tiers temps pendant les examens elle était contente mais on a vu que ça n'allait pas pouvoir aboutir comme on le souhaitait. On a essayé de trouver quelque chose qui pourrait lui plaire et on a trouvé les fleurs. Il a fallu contacter un lycée horticole ça s'est bien passé elle a réussi son CAP et ensuite elle voulait se lancer dans les fleurs. Océane a trouvé des stages mais au niveau de l'embauche ça n’a jamais abouti. Aujourd’hui, elle est suivie par l’ESAT hors-les-murs qui essaie de trouver des missions avec certaines entreprises. Océane est accompagnée depuis 2 ans et demi par notre service. Une fois dans l’entreprise, j'accompagne Océane dès le premier jour pour lui montrer les lieux pour la présenter aux personnes qui vont s'occuper d'elle dans l’entreprise et puis pour la découverte du poste de travail. Je travaille dans le rayon plante. J'aime bien m'occuper des plantes, leur faire une beauté. Nettoyer l’endroit où elles sont placées, je trouve ça important et les trier, ensuite il faut en jeter, c'est dommage mais je suis obligée. Océane a un problème au niveau du repérage dans l'espace. Il ne faut pas qu'elle se déplace beaucoup dans l'entreprise parce que sinon cela prend beaucoup de temps notamment au démarrage. Je dois noter sur un papier où je dois passer par exemple pour aller à mon rayon, quelle porte je dois prendre, quel escalier. A force de le faire, j’y arrive de mieux en mieux. Océane est sur des missions très partielles en terme d’horaire et de temps de travail parce qu’Océane est fatigable. Elle a un suivi médical aussi qui fait qu’elle ne peut pas faire plus pour l'instant. Du coup, elle est bien sur ce système là, ça lui permet de prendre confiance en elle, de développer aussi ses compétences. Ce n’est pas envisageable pour l'instant de travailler dans le milieu ordinaire de travail, ce serait encore un peu tôt pour elle. C'est difficile toute seule de me contrôler. Pour éviter de faire des crises, je souffle calmement, j’essaie de me détendre au maximum ou de me changer les idées quand quelque chose me tracasse. Le handicap d’Océane est invisible donc ces difficultés sont entre elle et nous car les clients ne font pas la différence entre Océane et une collaboratrice du magasin. On lui a donné une tenue un peu différente, elle n’est pas en jaune comme la vente mais les clients la sollicite quand même. Ce qui peut générer du stress chez elle n’est pas compréhensible par les clients parce que son handicap ne se voit pas mais plus ça va et plus ça s’estompe. Sur le premier mois, nous n’étions pas dans une relation gagnant-gagnant mais depuis ça va beaucoup mieux et elle monte en autonomie aussi. On me dit il faut avoir confiance en toi, avant je n’avais pas du tout confiance en moi. Maintenant, j'y arrive mieux, c’est un véritable exercice. Océane au fil des années a accepté ce qui lui était arrivé et elle reste dans la joie de vivre, dans le don de soi. Elle n’a pas changé. Je suis en couple depuis 2013, ça fait un moment. Il a été très compréhensif tout de suite. On s’est pacsé parce qu’on voulait avancer dans la vie, on était vraiment bien ensemble et on s'est dit avant de se marier pourquoi pas se pacser. On a envie tous les deux que je trouve du travail après on verra éventuellement pour un enfant.