Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 10889 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

MÉCANICIEN SPÉCIALISÉ EN MAINTENANCE DES MATÉRIELS

Pour entretenir et réparer des engins (agricoles, de parcs et jardins, de travaux publics ou de manutention), bardés de technologie et d'électronique, d'électricité, d'hydraulique, les mécaniciens spécialisés en maintenance des matériels doivent être polyvalents et de plus en plus qualifiés.

Je suis mécanicien spécialisé pour tout ce qui est matériel de parcs et jardins. Je m’occupe de tout ce qui est grosses tondeuses. Après, il y a des machines de voieries, tout ce qui est entretien du sol, tout ce qui est pulvérisation. Et après tout ce qui est aussi matériel de taille des arbres, élagage. Une organisation est établie par le chef d’atelier le matin. Dans l’atelier, on fait tout ce qui est grosse intervention, genre découper un tracteur en deux pour changer un embrayage. Après on fait aussi bien à l’atelier des vidanges, des révisions, des pannes aussi. Faut chercher, faut se creuser la tête. Une fois que c’est diagnostiqué, si on ne peut pas dépanner la machine tout de suite donc on commande des pièces. Faut être attentif à ce qu’on fait. Faut toujours un temps d’observation puisqu’au moment du remontage si on n’a pas observé on est un petit peu coincé. Après minutieux aussi quand même. Il faut maîtriser l’électronique, l’électricité, tout ce qui est hydraulique et puis aussi la mécanique de base. J’ai un bac professionnel agent de maintenance des matériels. Mon père m’a initié un peu à la mécanique et à la base c’était du matériel de parcs et jardins. J’aurai pu travailler aussi bien dans les travaux publics que dans le matériel agricole. Dans ce cas là, il aurait fallu faire des stages différents. On travaille principalement à l’atelier, mais on va aussi à l’extérieur. Dès fois, on ne peut pas déplacer les machines, elles ne peuvent plus bouger donc là il faut qu’on intervienne. Régulièrement, on va à 50 km aux alentours, parfois on peut s’étendre jusqu’à 100-150 km. Il y a de plus en plus d’informatique. En cours d’année, on a des formations pour être à niveau. Ce que j’apprécie dans ce travail, c’est que c’est très diversifié. C’est rarement les mêmes machines qui sont en panne. En inconvénient, il y a la pluie, le froid. On ne s’arrête pas, on intervient quand même. Il y a des avantages parce que dès fois on voit des choses qu’on ne verrait pas ailleurs : entrer dans un golf, aller sur des stades de foot réputés, on voit des parcs, des maisons, des petits châteaux. Si on travaille bien, si on a un bon état d’esprit, on n’a pas de mal à trouver de travail dans notre domaine.