Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 3758 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

JOFFREY, 2NDE BAC PRO PRODUCTION IMPRIMÉE EN APPRENTISSAGE : ADAPTATION À L'ENTREPRISE

Joffrey, 19 ans, est en seconde Bac Pro Production Imprimée en apprentissage. Après un CAP Chauffagiste, il se réoriente vers une nouvelle filière professionnelle en apprentissage. Il explique comment il a réussi à s'adapter au monde de l'entreprise. Responsable pédagogique et Maitre d'apprentissage nous parlent aussi de son intégration et de son évolution. Ce film est le 3ème épisode d'un Web documentaire consacré à l'apprentissage

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m’appelle Joffrey, j’ai 19 ans. Je fais un apprentissage en 3 ans à Gobelin, l’école de l’image sur le site de Noisy et je travaille en alternance aussi sur Paris dans un labo photo. Avant d’avoir intégré les Gobelins, j’ai fait 2 ans d’apprentissage dans le bâtiment en tant que chauffagiste. Ca ne me plaisait pas du tout. Une amie m’a parlé des Gobelins, je suis allé à une journée porte ouverte. J’ai découvert ce que c’était vraiment l’impression sur plusieurs types de papier et ça m’a plu. J’ai galéré à trouver un peu une entreprise parce que j’ai mis quand même six mois avant de signer un contrat ici. Le rythme c’est deux semaines, deux semaines, deux semaines en entreprise, deux semaines à l’école. Mon poste c’est opérateur de finitions de tirages. J’ai commencé par faire de la finition pendant un mois ou deux. Le maître d’apprentissage a vu que j’étais sérieux, qui pouvait me laisser aller sur les machines et puis là j’ai commencé à vraiment apprendre, à vraiment être formé. J’essaie d’être toujours à l’écoute, de n’être jamais trop sans rien faire. Normalement, je suis jeune, je dois toujours chercher s’il y a quelque chose à faire ou pas. Jean-Olivier Guiblin, Maître d’apprentissage On ne lui a pas tout proposé mais déjà tout ce qu’il a appris depuis presqu’un an, il maîtrise bien. En gros, je suis rarement derrière lui à corriger, c’est l’essentiel. Dans l’ensemble, ça s’est très bien passé avec Joffrey, au point de vue disponibilité, au point de vue compréhension, au point de vue entente avec les collègues. Il est venu pour des jours fériés, je me rappelle c’était au mois de mai, on avait des choses à sortir. Je l’ai mis avec un collègue sans me poser de question. J’avais totalement confiance, je savais très bien que ça allait bien se passer. Ils ne m’ont pas appelé donc pas de nouvelle, bonne nouvelle. Chrystel Benhaïm, enseignante en impression numérique Joffrey, c’est quelqu’un de motivé. Les difficultés, on va dire il est en première année, il a encore deux ans. Il manque encore d’autonomie, un peu de confiance en lui mais ça ça va se développer au fur à mesure du temps. Si on fait le bac en trois ans, c’est qu’on en a besoin. Jean-Olivier Guiblin, Maître d’apprentissage Alors Joffrey, je vais être honnête, je l’ai un peu recadré pour les sauts du lit quelquefois. Maintenant, ça se passe très bien, je pense qu’il a compris de ce côté-là. Les horaires sont calés. Quand un arrive, une heure après l’autre part donc s’il manque quelqu’un ça ne va pas. Je suis là pour être formé donc c’est normal que l’on me dise lorsque quelque chose ne va pas. C’est normal aussi que je fasse un peu les petits boulots que personne ne veut faire. Nicolas Chauvelié, Adjoint au directeur de Gobelins l’Ecole de l’Image Passer par les différentes étapes de l’entreprise peut être décharger à un moment 1 ou 2 palettes d’un camion parce qu’il y a du papier qui arrive pour alimenter la presse, ça fait partie du job. Et qu’une entreprise, ce n’est pas forcément d’être figé dans une activité, mais c’est participer du travail collectif à l’entreprise. C’est vraiment prendre la dimension de ce qu’est être un salarié. Etre demandeur, c’est si tu veux apprendre ça, ce n’est pas forcément ton maître d’apprentissage qui va venir te voir pour te dire fais-ci, fais-ça. Dès fois, les jobs que je fais ici, c’est moi qui aie demandé à les faire. Jean-Olivier Guiblin, Maître d’apprentissage C’est ça ce que j’attends moi, c’est que quelqu’un quand il a acquis les bases, les données et la façon de travailler. Après, en gros c’est qu’il ne vienne plus me voir ou voir ses collègues pour demander à tout bout de champ qu’est-ce qu’on fait, où ça se passe, comment ça se passe ? On ne peut pas former quelqu’un pendant deux mois sur une machine. Il faut qu’il comprenne rapidement. Et comme je disais, Joffrey est quelqu’un qui apprend. Pour le moment, il a encore son stage l’année prochaine qui continue donc on va changer le poste, on va apprendre d’autres choses. Ensuite, si on me demande de le prendre dans l’équipe, oui.