Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 41413 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

INGÉNIEUR DU SON, CINÉMA

À la fois artiste et technicien, l'ingénieur du son assure la qualité d'enregistrement des bandes-son au cinéma, des albums en studio, des concerts en salle... Il allie pratique musicale et maîtrise des hautes technologies.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je suis Sylvain et je suis ingénieur du son. Le travail de l’ingénieur du son c’est d’enregistrer les sons pour le film que l’on est entrain de faire, qui vont avec l’image. Et donc c’est d’enregistrer les dialogues, les bruits d’ambiance et tous les sons qui vont avec le film qu’on est entrain de faire. Alors les lieux où j’exerce, moi comme je fais beaucoup de documentaires, c’est très variable. Il n’y a pas de règle là-dessus. Je tourne des fois en intérieur, des fois en extérieur, des fois chez des gens, dans des sociétés, des lieux publics, ça change tout le temps, il n’y a pas de règle. Je suis intermittent du spectacle. Je travaille avec différentes sociétés de production selon les films qu’elles sont entrain de faire et là où elles ont besoin d’ingénieur du son elle m’appelle et je travaille pour elle sur la période du film uniquement. En documentaire, on travaille en équipe puisqu’on est souvent une personne à l’image, une personne au son et un réalisateur. La base de ce métier, ce sont les oreilles. Sans les oreilles, on ne peut rien faire. Si on oublie que c’est avec ses oreilles qu’il faut travailler, qu’on pense que c’est que de la technique, on fait pas du bon travail parce que c’est toujours les oreilles qui doivent rester la priorité. Il y a un petit peu de physique et d’électricité de base vraiment parce que moi je n’ai pas fait un bac S, je n’ai pas fait d’études scientifiques et je me débrouille très bien. Mais il y a un petit peu de base de mathématiques, de physiques quand même à comprendre et à apprendre. On porte un magnétophone et une mixette qui peuvent faire 3-4 kilos sur les épaules pendant toute la journée. En plus d’avoir une perche portée à bout de bras, qui sont des positions pas du tout naturelles, très mauvaises pour les épaules, le dos. Mon parcours d’apprentissage, je suis allé à l’université Paris VIII à Saint-Denis où ils ont un département cinéma. Ensuite, j’ai travaillé comme permanent dans une société de son qui faisait aussi bien du tournage que de la postproduction et là j’ai vraiment appris mon métier. Et moi en tout cas ça été vraiment mon apprentissage technique et ces faits dans le travail. C’est ça qui est magique dans le son, c’est qu’on change le son et on ne voit plus la séquence image de la même manière et on croit d’ailleurs que ce n’est pas la même image quelque part. Alors qu’en fait c’est juste le son qui a changé. Et c’est pour ça que la couleur sonore d’un film c’est très important parce que c’est très discret, c’est très fin mais ça influence beaucoup.