Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 112 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

GARDE À CHEVAL

Trompeur, le terme de garde à cheval recouvre des métiers variés. Pas loin d'une dizaine. Mais tous ces professionnels ont pour vocation la protection des biens, des personnes et de l'environnement.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m’appelle Benoit Buisson. J’ai 29 ans et je fais parti de la brigade équestre de l’office national de la chasse et de la faune sauvage dans le département de la Lozère. Nous utilisons les chevaux principalement dans des missions de police de l’environnement sur ce qui concerne la circulation des véhicules à moteur en milieu naturel. Le but principal c’est d’aller sur ces sites protégés. De nous faire voir pour déjà dissuader les personnes qui seraient tentées de circuler dans ces milieux qui sont assez fragiles. J’ai fait un bac scientifique, suivi d’un BTS gestion forestière. Et c’est suite à mon BTS où j’ai tenté le concours pour rentrer à l’office national de la chasse et de la faune sauvage. Il y a 2 types de concours. Le concours pour être agent technique d’environnement et celui pour être technicien d’environnement. Pour agent technique, il faut un niveau brevet des collèges. Pour technicien d’environnement, faut un niveau bac. Il y a un chef de service et ensuite les agents sont répartis dans différentes brigades. On lui fait un compte-rendu en fin de mission, de manière à ce qui soit au courant de ce qui s’est passé. On travaille toujours à un minimum de 2 agents. C’est pour des raisons de sécurité. Il faut déjà une bonne condition physique parce que une patrouille se déroule sur des journées qui font 8 heures voire un peu plus, c’est 8 heures de cheval. D’un point de vue sécurité et assurance, il nous ait demandé d’avoir minimum un galop 3. C’est un travail d’extérieur où on est en contact avec la nature. C’est un métier qui est varié, c’est pas rébarbatif. On va passer de mission de police, de la chasse, de la pêche, de l’environnement à des études techniques sur la faune, la flore, dé bagage de certains oiseaux. Et puis on a aussi le contact avec le public. C’est un métier très varié. Je pense rester dans ce métier là parce que il y a des possibilités. Sinon, si jamais un jour je me lasse d’adaptation, de rentrer dans un centre d’étude par exemple ou de faire plus du travail administratif si mes capacités physiques me le permettent plus après plus tard, mais c’est vrai que au vu de toutes les perspectives de travail qu’on a dans ce métier. C’est un métier qui peut nous occuper toute une vie sans problème.