Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 210 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

FRANÇOIS, APPRENTI EN BTS ASSISTANT DE GESTION PME PMI EN ALTERNANCE

François, 21 ans, prépare un BTS assistant de gestion PME-PMI en alternance dans l’entreprise immobilière que son père a créée après avoir quitté la Marine nationale. Un environnement à la fois professionnel et familial qui lui a permis de révéler ses capacités.

Je m’appelle François Le Hanneur, j’ai 21 ans. Je suis en BTS Assistant de gestion PME PMI en alternance. Avant mon BTS, j’ai passé un bac général. J’ai suivi une première S, puis une terminale économique. Jusqu’ici, j’ai suivi un cursus normal avec deux redoublements. Hervé Le Hanneur (Père et tuteur de François) En seconde, il avait des difficultés à écrire plus de cinq lignes. On se demandait si la poursuite des études était nécessaire. Les études manuelles lui étaient interdites. A ce moment-là, on l’a mis dans une petite école hors contrat et la directrice de cette école a dit : « Il va avoir son bac. Il est volontaire. » Et il l’a eu. Valérie RAYMOND (Professeur principal) Le BTS Assistant de gestion PME PMI est assez particulier parce qu’il est très polyvalent. L’idée, c’est que cette formation doit aider les jeunes à être l’assistant d’un patron de TPE (Très Petite Entreprise). Il doit savoir faire un peu de commerce, un peu d’administratif, un peu de comptabilité. François était intéressé par ce BTS dès le départ. Je crois qu’il avait l’intention soit de monter, soit de reprendre, soit de travailler dans l’entreprise de son père qui est vraiment une TPE. J’ai été touché par une maladie génétique qui touche principalement les membres supérieurs mais aussi les poumons, les yeux et la taille. En ce qui concerne la taille, aucune explication n’est donnée. Valérie RAYMOND (Professeur principal) Il a beaucoup de mal à rédiger. Il a un problème de vue notamment lorsqu’il est sur ordinateur, il a des difficultés pour voir la ligne donc c’est compliqué pour lui. Dans le rédactionnel, souvent il manque des mots. Il suit son idée peut-être pas aussi vite qu’il la pense donc il va manquer un bout de phrase. Il faut l’aider très souvent à reformuler tout ce qui est à l’écrit. Mehmet GOKALP (Ami de François) Ce qui me touche chez lui, c’est qu’il est vraiment marrant et il arrive à prendre les choses à la rigolade. Pour prendre les choses au sérieux, il faut décompresser par moment et rire. Il arrive à faire la distinction. Carole PIETRI (Professeure de communication) Il est présent tout le temps, jamais d’absence, jamais de retard. On pourrait presque lui confier les clés pour ouvrir les salles, car il est là avant nous. Valérie RAYMOND (Professeur principal) Il ne souhaitait pas d’aménagement particulier. Il nous racontait qu’il était un peu traumatisé par les aménagements qu’il avait eu dans les années de formation antérieures donc on a voulu faire le moins possible pour le distinguer des autres. En deuxième année, il va pouvoir bénéficier d’un tiers temps pour les examens. J’ai vu mon père dans la marine. J’ai toujours aimé la marine. Quand j’étais petit, je voulais exercer un métier dans ce domaine. Du fait de mon handicap, je ne me suis pas présenté et papa a trouvé un autre cursus qui est plutôt bien. Papa gère trois entreprises de mobilier. Hervé Le Hanneur (Père et tuteur de François) Quand j’ai quitté la marine, j’ai créé mon entreprise modestement. Mon premier objectif était de faire vivre la famille. Parmi les autres objectifs, un était d’employer François. Je ne le voyais pas affronter seul le monde professionnel car il existe des impératifs de rentabilité qui sont difficiles à atteindre pour lui à la fois du point de vue physique et intellectuel. Pour l’instant, François exécute des tâches basiques mais elles s’étoffent progressivement. Il prépare toute la comptabilité, il le fait tout seul et très bien. Il gère également toutes les informations entrantes et sortantes. Il s’occupe des relations financières avec les fournisseurs et les clients. Il s’en sort très bien. Papa est patient. Parfois, il montre des signes d’impatience. Moi, je suis patient. Les tâches longues et répétitives, je les exécute assez facilement. Ce qui n’est pas le cas pour papa. Hervé Le Hanneur (Père et tuteur de François) L’idée de base est de lui donner une autonomie financière pour qu’il puisse se trouver un appartement. Il peut rester avec moi, pour l’instant ça marche comme ça, mais tout est possible. Ça dépendra de ce qu’il souhaite faire, je ne le forcerai pas. S’il veut quitter l’entreprise, il suffit qu’il me prévienne un peu avant pour que je m’organise, il a le droit. On peut faire un aménagement, un mi-temps chez moi et un mi-temps chez d’autre pour qu’il voit d’autres choses. C’est intéressant pour moi qu’il apprenne comment ça se passe ailleurs. Je pense reprendre l’entreprise de papa. Je me rends compte des difficultés. Je ne me suis jamais dit que je n’étais pas capable. Si je ne peux pas, je ne le fais pas. Ce serait une plus-value sur mon CV d’aller voir une autre entreprise.