Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 3800 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

EUROPE : MOBILITÉ POUR TOUS - MARGOT BERG, VOLONTAIRE FRANÇAISE EN ESPAGNE

Après ses études, Margot voulait partir à l'étranger. Grâce au Service Volontaire Européen (SVE), elle travaille pour une ONG à Barcelone (Espagne). Elle rencontre des jeunes de nationalités différentes et découvre une autre façon de vivre et de travailler.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m'appelle Margot, j'ai 20 ans. Je suis à Barcelone depuis 6 mois pour réaliser un Service volontaire européen d'un an. Le matin, j'aime prendre ma tasse de thé et me mettre sur ma terrasse, posée, comme ça. Et aujourd'hui, je crois qu'il va faire assez beau. J'aime bien ma chambre. Avec un sari rapporté d'Inde, beaucoup de photos de mes amis, de ma famille... Ça, c'est à peu près le seul truc qui me raccroche à la France. A la fin de ma licence en communication et rédaction sur le web, je voulais partir à l'étranger pour avoir une nouvelle expérience et je me suis renseignée sur les diverses possibilités. Quand j'ai trouvé le concept du SVE, ça m'a beaucoup plu et j'ai tout fait pour partir. Il ne faut pas faire de bruit, mes colocs dorment. Ils ne sont pas très matinaux. Allons-y ! C'est l'heure de prendre le métro Horta. Le Service volontaire européen est une mission de l'Union européenne dédiée aux jeunes entre 18 et 30 ans, qui partent entre 2 et 12 mois dans un pays européen réaliser une mission de développement solidaire et d'action sociale. Moi, je travaille dans une ONG. Ça n'a rien à voir avec les études universitaires, avec un stage ou un travail à l'étranger. Oui, et il me manque encore quelques articles. Je travaille avec un Polonais, une Serbe, des Catalans et une Hongroise. La fondation Iwith.org est une association à but non lucratif. Sa mission est d'aider d'autres associations à utiliser Internet. Tout de suite, Margot a pris son travail très au sérieux. Puis elle a commencé à vouloir se diversifier, aider davantage, avoir plus de responsabilités. Ce qui est différent, à Barcelone ? Tout, je dirais. C'est pas la même mentalité, pas la même façon de penser. Le comportement au travail est beaucoup moins stressant qu'à Paris. Les gens prennent leur temps pour expliquer. Et ensuite, les relations sont très simplifiées et informelles. Salut, ça va ? Venez découvrir avec moi une des places les plus courues d'Europe pour les skaters. J'ai pas l'impression d'avoir traversé une frontière entre deux pays. J'ai l'impression d'avoir traversé un continent tout entier. Au début, quand je suis arrivée, j'avais beaucoup de difficultés. Mais avec des gestes, des mots en anglais et parfois en français, avec un dictionnaire, j'ai réussi à me débrouiller. Ensuite, j'ai pris le parti de me dire que j'étais là aussi pour apprendre la langue. Ce cours de catalan est dispensé par la mairie de Barcelone pour favoriser l'enseignement du catalan aux étrangers. David ? - Que veut dire ce mot ? - "Automne". Il commence au mois de septembre. Je vis avec une Italienne et un Hongrois. C'est l'auberge espagnole. On prépare le dîner à 21 h 30. C'est tard pour la France, mais ici, on ne dîne jamais avant 22 h. J'ai eu de la chance parce que je réalise mon projet de SVE dans un domaine, Internet, qui fait partie de mes études et dans lequel j'ai envie de continuer ma vie professionnelle. Ça a l'avantage, personnel, de m'ouvrir et, professionnel, de gagner un an d'expérience. On va rentrer à l'Apolo pour un concert de rock et... une nuit rock.