Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 1795 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

EUROPE : MOBILITÉ POUR TOUS - JON DUCHINSKY, CHEF D'ENTREPRISE BRITANNIQUE EN FRANCE

Jon est aujourd'hui un chef d'entreprise établi à Paris (France) dans la collecte de fonds pour des ONG. Mobile, il travaille et voyage souvent dans plusieurs villes européennes. Il constate les différentes façons de travailler avec le Royaume-Uni. Son crédo : les entreprises ont besoin de gens ouverts à d'autres cultures, à d'autres façons de voir le monde.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m'appelle Jon Duchinksy, j'ai 33 ans. Je suis consultant en fund-raising. J'aide les fondations à lever de l'argent. 6 h 50, c'est l'heure de l'Eurostar du matin. Donc voilà, le billet d'Eurostar. Le chapeau. Un petit côté british... Et voilà, on est partis. Réunion à Londres ce soir, puis à Rotterdam après. Ça va être une journée européenne. J'ai grandi à Londres. J'ai fait mes études à Manchester, de français et d'italien. Rien à voir avec ce que je fais aujourd'hui, mais j'ai découvert la France avec une année passée en tant qu'assistant dans un collège-lycée du sud-ouest. J'adore arriver ici, à Saint-Pancras. Je me dirige vers Baker Street. Je longe l'Eurostar. Une réponse qui sera bonne pour vous ne vous conviendra pas forcément à vous. C'est à chacun de trouver ses propres réponses. J'ai terminé mes études en Angleterre. Je suis revenu un an après. Comme souvent, il y avait une histoire d'amour au milieu. Un double amour à mon sens : pour le pays et pour une Française que j'avais rencontrée à Manchester. Voilà, arrivée à Paris. Il fait beau. Mais les taxis parisiens, je déteste. Il faut faire la queue. J'ai fondé une entreprise qui travaille avec les fondations, les organisations, les associations, les particuliers et les entreprises. On les aide à incarner le changement. On les aide à bâtir des stratégies et à les mettre en œuvre. Voilà, on arrive chez moi. On est à Montmartre. C'est un peu un rêve de British, il faut le dire, Montmartre. Non, je crois pas que c'est concerné. Bonjour ! Chez moi, c'est aussi nos bureaux. Donc voilà, on retrouve Luc et Christine. Bonjour ! C'est aussi les bureaux parce que comme ça, on travaille de manière virtuelle, moderne. On a rendez-vous chez un client qui travaille sur la santé internationale. Entreprendre en France nécessite énormément d'énergie. Je respecte beaucoup les gens qui réussissent à entreprendre et à porter les affaires en France. C'est pas évident, la culture n'est pas là pour aider. En Angleterre, c'est plus simple, plus fluide. Ce qu'on fait de bien en France, c'est qu'on conceptualise. On a peut-être plus de mal à passer à la concrétisation des choses, à prendre les risques nécessaires à l'action. Voilà la fin de la journée. Je vais retrouver un ami en terrasse de café. En attendant, je vais terminer quelques e-mails. Les entreprises ont besoin de gens ayant une expérience internationale, ouverts à d'autres cultures, à d'autres façons de voir le monde. Donc mettez-vous en danger, sortez de votre zone de confort et allez vous confronter au monde.