Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 437 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

EMRAH,TECHNICIEN DE MAINTENANCE VERSION ACCESSIBLE LSF

Emrah a 24 ans. Il est sourd signant. Il a effectué son parcours en maternelle et en primaire à l’école ordinaire. Fâché avec l’école, il entre en internat puis à l’Institut national des jeunes sourds à partir de la 4e. Guidé par la mission locale, il suit une formation de l’Afpa sur les métiers du bâtiment. Il apprend la maçonnerie, la peinture, le métier de carreleur, la plomberie.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m'appelle Emrah. J'ai 24 ans. Ici, nous sommes à l'hôtel. Au château de Maffliers. Quand je suis né, mes parents étaient inquiets. Ils se demandaient ce que j'allais faire dans la vie. Et puis ils ont vu que je me débrouillais, que je pouvais travailler, que j'avais une langue. Ils ont compris que même sourd, on peut avoir une vie normale, qu'on peut faire la même chose que les entendants. Je suis d'origine turque. Mes parents sont nés en Turquie. J'ai trois frères qui sont nés en Turquie. Et ma sœur et moi, on est nés ici, en France. Quand j'étais petit, j'étais à la maternelle avec les entendants. J'y suis resté jusqu'à mes 7 ans. Ensuite, je suis allé dans une école pour sourds et malentendants, à Nogent-le-Rotrou. J'y suis resté jusqu'en CM2. En 6e, je suis retourné avec les entendants en intégration avec un interprète. À Nogent-le-Rotrou, j'ai fait plein de bêtises. J'ai donné un gros coup de boule à un éducateur et j'ai été viré. Je suis allé ensuite à l'institut Saint-Jacques pour les sourds. Là, j'ai donné un coup de poing à un élève. On se chamaillait. Là, pareil, j'ai été viré. Et j'ai atterri à l'institut de Bourg-la-Reine. En fait, je n'aimais pas l'école. Je n'aimais pas écrire. En français, je n'étais pas bon. Je n'étais pas du tout motivé. Depuis toujours, je rêve de faire un métier manuel. Je n'ai pas eu mon brevet des collèges. L'institut de Bourg-la-Reine m'a aidé à trouver une formation à l'AFPA. J'y suis resté 9 mois pour apprendre les différents métiers du bâtiment. L'électricité, la maçonnerie, le carrelage, la plomberie. Et dans le cadre de cette formation, j'ai fait un stage d'un mois au château de Maffliers. J'ai donc reçu Emrah sur une période de trois semaines, qui se sont très bien passées. J'ai pu... J'ai pu apprécier la qualité d'Emrah en tant que technicien, en fait. Par la suite, il est parti de l'hôtel. Moi, j'avais bien compris qu'il avait les qualités requises pour intégrer l'équipe. Donc je suis allé le rechercher après une période de 6 mois d'absence, de chômage. Je l'ai intégré d'abord en tant qu'ouvrier du bâtiment. Et j'ai vu qu'il arrivait à reproduire ce qu'on lui montrait et ça se passait très bien. Finalement, il occupait une fonction de technicien hôtelier. Emrah travaille avec moi au quotidien pour me seconder, pour faire la maintenance hôtelière quotidienne, les dépannages en chambre. Il s'occupe également des analyses piscine. Quand il est arrivé, j'ai d'abord pris tous les éléments d'une chambre en photo et j'ai écrit des mots bateau sur une feuille, "dépanner", "nettoyer", "détartrer". Je lui ai montré la photo, le mot, et on a communiqué très rapidement sur des points sensibles. Ensuite, j'ai appris quelques signes, vraiment le b.a.-ba, on va dire, pour échanger, le remercier, lui dire bonjour... Pour le courant, le quotidien. J'essaie de formaliser et d'être factuel sur beaucoup de choses, pour l'aider et pour m'aider aussi. Et finalement, ça s'est mis en place tout seul. Olivier m'a beaucoup aidé. On a appris à communiquer par l'écrit et par le mime. Il a été très sympa. Il m'a soutenu. Il m'a accompagné sur le terrain, la première année, et ensuite, il m'a laissé me débrouiller tout seul. Le jour où j'ai rencontré Emrah... Ouais, ouais... Je me suis dit : "Ça va être hyper dur." Je me demandais comment j'allais pouvoir communiquer avec lui. Personne ne parlait le langage des signes. J'avais un peu peur à ce niveau-là. Mais je voyais que ça fonctionnait. Et puis, ben moi... C'est venu naturellement, quoi. Je lui parle et je fais des gestes. Service. J'ai toujours l'impression qu'on se comprend. En général, il va à la réception pour savoir si la chambre est libre. Des fois, il va directement dans les chambres, mais malheureusement, il y a encore des gens. Deux, trois fois, ça a été mal perçu. Maintenant, quand il doit intervenir dans une chambre, il vient me voir moi ou quelqu'un d’autre. Je travaille avec Patrice. C'est le peintre de l'hôtel. Et c'est vrai qu'il ne voit pas handicapé. Il ne me voit pas sourd. On communique avec le regard. Et il me valorise parce que dans ses yeux, je ne vois pas "le pauvre sourd, il n'est pas capable de...!" Il est toujours au courant de tout avant tout le monde. Il a développé ce sens. Et du coup, il est vraiment...intégré à 200 % par les équipes. C'est... Emrah, c'est l'ami de tout le monde, on va dire. Quand j'étais plus jeune, j'étais une vraie tête de mule. Aujourd'hui, j'ai changé. J'ai un métier. J'ai une voiture, mon permis ! Je gagne ma vie.