Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 38 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

ELISA, ETUDIANTE EN LICENCE ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE (AES), VERSION ACCESSIBLE LSF

Elisa a 18 ans. Elle est en première année de licence économique et sociale. Une filière pluridisciplinaire qui lui a finalement permis de trouver sa voie. Ce sera le droit.

Je m'appelle Elisa, j'ai 18 ans et je suis en première année de licence Administration Economique et Sociale (AES). Quand j'étais petite, je suis allée à l'école maternelle classique où j'étais intégrée la moitié du temps dans une classe et l'autre moitié dans un centre spécialisé. A l'école primaire, j'étais dans une unité d'intégration où je pouvais me référer à la classe adaptée tout en étant en intégration pour certaines matières. Au collège, j'étais davantage en intégration. Le fonctionnement était le même que celui de l'école primaire. Au lycée, j'étais en internat. C'était un institut d'éducation motrice, un IME. La journée je suivais les cours en intégration au lycée et ensuite le soir, je rentrais à l'IME pour voir les auxiliaires qui m'accompagnaient dans mon quotidien.En fin de troisième, on m'a tout de suite orienté en bac pro. J'avais 15 ans, je n'avais pas forcément de projet en tête donc je me suis retrouvée en bac pro vente. Cette filière ne me correspondait pas forcément car je ne m'épanouissais pas dans ce que j'apprenais et elle n'était pas compatible avec mon handicap par rapport aux stages. C'était assez paradoxal car cette décision d'orientation a été prise soit disant parce qu'elle était compatible. J'ai fait un semestre en bac pro vente puis je me suis réorientée en seconde générale. Puis, j'ai passé un bac STMG mention ressources humaines et communication. Lorsque j'ai obtenu mon bac, je me suis inscrite en AES, une filière pluridisciplinaire. Nous avons des cours de comptabilité, de macroéconomie, de droit civil, droit constitutionnel. Au premier semestre, nous avons suivi des cours de gestion. Nous avons aussi des cours d'histoire, c'est complet. Je peux m'orienter vers les ressources humaines car je pense que c'est un métier qui me correspond bien car il utilise la communication tout en restant un métier de bureau donc compatible avec mes difficultés de déplacement. J'ai cherché une solution pour intégrer une résidence universitaire.FRANCOIS BERNARD (Aide médico-psychologique)Ici, le centre, c'est la collaboration entre le CROUS qui s'occupe de la résidence universitaire et la fondation santé des étudiants de France qui ont décidé de travailler ensemble pour accueillir 16 personnes en situation de handicap moteur sur le campus de la fac de Nanterre. Au quotidien, mon rôle auprès d'Elisa et celui de l'équipe est de l'accompagner pendant le levé, la toilette, le repas et le coucher.En début de semaine, j'envoie mes horaires puis les auxiliaires sont répartis en fonction de celles-ci. En cas de changement d'emploi du temps, je peux appeler pour savoir si une personne est disponible, c'est assez flexible.FRANCOIS BERNARD (Aide médico-psychologique)Le but du jeu est de ne pas être dans un établissement médico-social calibré où à 7 heures on se lève, à 12h on mange et à 20h on est au lit. On essaie de leur donner la possibilité d'avoir une vie d'étudiant dans une résidence universitaire.J'avais peur en restant à l'internat de m'enfermer dans un système parce que nous sommes toujours entre deux bulles. Soit nous n'avons pas assez de difficultés pour que les ESAT, les milieux protégés nous correspondent, soit nous n'avons pas assez de facilité pour que le milieu ordinaire nous correspondent totalement. Il est nécessaire de trouver un moyen pour se placer. AMIRA LAOUINI (Preneuse de note)J'aide Elisa dans ses études en tant que preneuse de notes comme elle ne peut pas écrire. Je suis là pour elle. En dehors de ses études, nous allons à la bibliothèque. Nous faisons également des fiches pour réviser ses examens. Je suis présente aussi pour l'aider dans ses démarches administratives. Je la considère comme une petite s?ur. Nous parlons de notre vie privée. Nous nous conseillons mutuellement.MAHMOUD KEKOUCHE (Responsable service handicaps et accessibilités Université Paris Ouest)Une fois qu'elle a intégré l'établissement, les relations avec les autres étudiants se sont faites naturellement. C'est lié avec le fait qu'elle provienne d'un établissement scolaire en milieu ordinaire. Parmi les aménagements qui ont été demandés, nous avons travaillé sur son emploi du temps. Nous avons pu partitionner ses modules d'enseignement. Elle est présente en cours pour certains donc elle est tenue à l'assiduité et passe les contrôles de connaissances à travers des exposés, des devoirs maison et surtout du contrôle continu. Puis pour d'autres modules, pour qu'elle puisse respecter son rythme, nous avons demandé une adaptation de son cursus pour qu'elle puisse passer seulement en fin de semestre ses examens. Je suis IMC, Infirmité Motrice Cérébrale, ce sont des lésions neuronales. Ca engendre une spasticité au niveau des quatre membres. La spasticité au quotidien peut engendrer des contractures, des douleurs, c'est pour cette raison que la kiné est nécessaire donc j'en ai trois fois par semaine. J'entretiens mes muscles également car je bouge moins et il ne faut pas qu'ils s'atrophient.J'ai l'intention de changer de filière donc récemment j'ai envoyé un dossier à l'organisme compétent pour être réintégrée dans une licence de droit. Je me suis rendu compte que la macroéconomie et la comptabilité ne m'inspiraient pas. J'ai remarqué qu'à la fac tout reposait sur la motivation. J'ai envie d'étudier le droit car cette matière me fait vraiment envie car c'est très structuré et réfléchi. J'ai une bonne mémoire donc je pense que ça me correspond bien. J'ai aussi une bonne capacité de travail et je suis motivée. J'aimerai réussir à concilier tous les aspects de ma vie, la partie médicale, le handicap, ma personnalité. Réussir à avoir une vie à peu près stable. J'ai juste envie de profiter !