Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 13889 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

CONDUCTEUR DE MACHINE À PAPIER

Le conducteur de machine veille au bon déroulement de la fabrication industrielle du papier, qui servira à fabriquer des mouchoirs, des lingettes, du carton ondulé, du papier essuie-tout, des masques chirurgicaux...

Je m’appelle Ajam Ramzi, j’ai 25 ans et je suis conducteur de machine à papier. La machine à papier sert à transformer de la pâte en une feuille de papier. Elle fait 60 mètres de long avec une vitesse de 1500 mètres-minute. Sur mes 8 heures, je fais entre 280 et 300 tonnes de papier. A ma gauche, il y a le gouverneur, qui est là pour préparer la pâte et à ma droite, il y a le sécheur qui est responsable de la partie sècherie. J’ai le rôle de coordinateur technique pour qu’on travaille tous dans le même axe qu’on a. Il faut être vigilant parce que cette machine est très complexe. A tout moment, il peut se passer quelque chose, donc en fait, il faut essayer d’anticiper au maximum les problèmes. Les problèmes qu’on peut avoir, c’est des problèmes de casse machine, des gros amas de déchets qui tombent sur la feuille, qui la déchire et qui la casse. Quand la machine est arrêtée, l’objectif premier, c’est de la mettre en route, le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions possibles. On peut gérer pas mal de choses assis devant un écran, mais l’essentiel du travail peut se passer sur place, donc à l’écoute de la machine. Des fois un bruit différent des autres jours, une vibration, un encrassement plus important, des alarmes qui peuvent surgir et des réglages à aller faire sur place. Mon poste de travail est assez vaste. On peut être amené à avoir des « runes », c’est à dire des factions de 8 heures, qui peuvent être très physiques parce que elle la machine n’est pas fatiguée. Mais nous sur place à courir derrière la feuille, on se fatigue très vite. Il faut avoir une bonne condition physique, une assez bonne condition physique. Donc, les qualités requises pour occuper ce poste là sont de la réactivité, de l’anticipation, beaucoup de vigilance. Tous les jours sont différents, donc en fait c’est du travail à l’usine mais ce n’est pas du travail routinier. J’ai passé un BTS industriel à « Becker » en alternance pour accéder à ce type de poste. Quand on est à l’école, on ne comprend pas toujours en fait pourquoi on apprend diverses choses et arrivé dans ce monde là, la papeterie, c’est le déclic et on arrive justement à mettre en application ce qu’on a appris et c’est génial. Je suis très fier de savoir la faire tourner à l’heure actuelle parce qu’on ne peut pas dire qu’on maîtrise une machine surtout ce genre de machine là. Mais en fait, je suis très fier d’avoir évolué en même temps que cette machine, sachant que moi, je suis arrivé elle était encore en construction. Et le résultat est là, on fait du papier maintenant, on a des clients, on le vend, c’est une certaine fierté.