Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 5897 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

CONDUCTEUR DE LIGNE DE TRANSFORMATION

Il règle et conduit une machine qui découpe, imprime, plie, colle, agrafe le papier carton, pour en faire des produits utilisés tous les jours : serviettes en papier, emballage en carton ondulé, coffrets de parfum, dossiers cartonnés...

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m’appelle Julien Pretot, j’ai 28 ans. Je suis conducteur sur une ligne de transformation de carton. Donc, je prends une feuille de carton qui à l’origine est plate. Je vais la découper ainsi que la rainurer pour faciliter le pliage. Ensuite, je vais la plier et la coller. Et le produit fini est une boîte en volume. On peut fabriquer des emballages pour de l’alimentaire tel que du saucisson jusqu’à des emballages d’outillage, de tournevis…On a plus de 1500 modèles de boîtes que l’on fabrique. Je suis responsable du réglage et du bon fonctionnement de la platine à découper et de la plieuse-colleuse. J’ai à ma disposition deux aides. « Là, je règle les crochets, en fait on a deux contraintes. On doit plier les deux pâtes en même temps et en même temps on a des fenêtres. Donc, il ne faut pas lorsque le crochet a plié la pâte qui retombe dans la fenêtre pour l’accrocher, la déchirer. » J’ai commencé par un BEP-CAP électrotechnique et ensuite, j’ai fait un Bac Pro EIE, c’est de l’Equipement Installation Electrique. Je connaissais les machines, j’aimais le fonctionnement des machines réglage, mais je ne connaissais pas le carton, mais c’est ce qui m’a emballé de faire la connaissance de cette matière. Tout ce qui est spécifique au carton, j’ai du l’apprendre sur le tas car aucune formation permet d’acquérir le savoir-faire d’un cartonnier. Dans ce boulot ce que j’aime c’est la matière que l’on travaille, c’est une matière saine qui est de temps en temps complexe à travailler mais c’est ça aussi le charme du travail. La particularité de travailler du carton, c’est que c’est une matière vivante. On peut jamais avoir le même carton à l’identique, il y a toujours une variation hydrométrique ou de texture. Un carton qui sera difficile à travailler, qui sera sec, on ne devra pas insister sur la pression du pli tandis qu’un carton humide, on a plus de facilité à le travailler parce que il est plus souple, il se contracte moins. On a deux contraintes au niveau de l’atelier, c’est être bien minutieux dans son travail, bien faire attention à ce que l’on fait et pis de l’autre côté, c’est aussi être productif, faire un maximum de travail dans notre journée pour améliorer la production. C’est à nous de dompter la matière, ce n’est pas à elle d’imposer ses lois. Il y a des fois, elle est coriace.