Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 14747 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

CINDY, 2ND BAC PRO COMMERCE EN APPRENTISSAGE : BILAN DE 1ÈRE ANNÉE

Cindy, 17 ans est en 2nde Bac pro Commerce. Entre CFA et Entreprise, elle nous raconte son histoire, ce qui lui a plu tout au long de cette première année et ses projets. Responsable pédagogique et Maitre d'apprentissage nous parle aussi de son adaptation et de son évolution. Ce film est le 1er épisode d'un Web documentaire consacré à l'apprentissage.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m’appelle Cindy Calaud, j’ai 17 ans et je suis en seconde bac pro commerce. J’étais dans une seconde professionnelle, je n’ai pas aimé. Rester assis sur une chaise, c’est pareil, ça m’a un peu déçu, je n’allais presque jamais en cours du coup. J’ai redoublé juste pour recommencer une seconde bac pro en apprentissage. J’ai choisi l’apprentissage parce que j’aime énormément bosser donc je me suis dit j’irai plus souvent et du coup le bac ce sera beaucoup plus facile à passer pour moi. Je fais une semaine en entreprise, une semaine en cours au CFA. Au CFA, on a quand même les cours normaux, français, histoire, maths et puis l’économie-droit, la gestion, la vente, la communication. Il y a tous ces petits cours là en plus qui sont quand même pas mal. En début de première année, ils avaient gardé le réflexe du collégien, c’est-à-dire les petits retards, les petits oublis d’affaires. On leur a expliqué le contact, ce n’est plus un contact d’un professeur à un élève, c’est un contact entre salarié, entre gens responsables et là chez eux il y a eu un déclic. On rentre dans la vie active, on commence à avoir un salaire. Le salaire n’est pas très élevé mais c’est quand même un bon début pour commencer. Les professeurs nous prennent pour des gens matures. Ils savent très bien qu’on peut parler pendant dix minutes mais qu’après on recommence les cours et le cours se fera quand même. Ils sont plus attentifs à ce qu’on dit, c’est vrai que ça fait plaisir. L’entreprise où je travaille en alternance est une boutique de prêt-à-porter féminin. Vu que je n’aimais pas les cours, en quatrième on m’a proposé de faire des stages. J’ai fait dans le vétérinaire, la comptabilité, c’est le prêt-à-porter qui m’a vraiment tenu à cœur. Mon travail consiste à recevoir la marchandise, à la déballer, l’étiqueter, la rentrer sur l’ordinateur, mettre la sécurité, la mettre sur les portants, la vendre. Quand on est dans une petite entreprise, il y a moins de personne, il y a moins d’espace. Je préfère la petite entreprise parce que du coup on peut plus se rapprocher des personnes. Par exemple, moi avec mon patron, je suis très proche. On lui fait voir le métier de A à Z. Comment déjà regarder une facture, comment la contrôler, comment la rentrer sur l’ordi. De manière à ce qu’elle comprenne exactement d’où l’on part, d’un prix d’achat, quel est le prix de vente aujourd’hui de l’article, pourquoi on le met à ce prix là. Elle aime son boulot et ça se voit. Aujourd’hui, elle sait exactement comment je travaille, je peux compter sur elle quand j’ai une petite course à faire. Ce que j’apprends avec lui, c’est vraiment utile pour les cours parce que si lui ne m’aurait pas appris par exemple les prix d’achat, là en cours je n’y arriverai toujours pas. La Cindy du mois de septembre et la Cindy d’aujourd’hui n’a rien à voir. Elle a gagné en terme de maturité, en terme de confiance et ça ce sont des éléments très importants dans la réussite d’un jeune. Certains ont eu au bout de deux mois d’apprentissage une proposition de CDI. C’est plus que satisfaisant pour des jeunes de 16-17 ans. Je pense continuer jusqu’au BTS. J’ai envie de dire maintenant il n’y a pas le choix. Il faut avoir un diplôme si on veut avoir un bon salaire à la fin du mois, c’est le diplôme.