Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 11870 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

CHERCHEUR EN SCIENCES PHYSIQUES ET MATHÉMATIQUES : LES PARTICULES INFINITÉSIMALES

" Ma vocation scientifique est née de ma fascination pour les nombres, et pour beaucoup de mathématiciens célèbres. Il y a un certain mystère que l'on aime bien percer."

Les nombres, les formules mathématiques, ce sont les outils de travail de Christophe Grosjean. Il est chercheur en physique théorique au centre de l’énergie atomique de Saclay près de Paris. Son domaine de recherche, la formation de notre univers à travers l’étude des particules qui le constituent. « Ici à la bibliothèque, on vient chercher essentiellement des vieux articles, vieux d’une dizaine- quinzaine d’années, voir antérieur à ça. Donc des articles qui ne sont pas forcément à l’heure actuelle accessibles sur internet ou sur le web, donc finalement, c’est un lieu de mémoire actuel évidemment. L’espoir, c‘est ce sur quoi on est entrain de travailler figure dans les éditions suivantes de ce grand livre. Contribue au savoir de l’humanité ». E=mc2, cette célèbre formule exprime le fait que la matière peut se transformer en énergie et inversement. Les mathématiques traduisent donc en équation des phénomènes physiques et permettent ainsi d’appréhender le monde qui nous entoure. « Je dirai qu’il faudrait lui montrer, par exemple la vie de tous les jours et montrer des choses qui ne sont pas triviales, par exemple le fait que les nuages ne tombent pas alors qu’ils sont beaucoup plus lourds que l’air, c’est quelque chose d’assez extraordinaire par exemple. Il n’y a pas de pommes qui me sont tombées sur la tête ou de boussole que je ne comprenais pas. Mais, je pense que c’est venu petit à petit en lisant des livres. Peut-être aussi au début une certaine fascination pour les nombres. Il y a beaucoup de mathématiciens célèbres, notamment un mathématicien indien Ramanujan qui connaissait les propriétés des nombres comme ça. Effectivement, il y a un certain mystère qu’on aime bien percer. Et puis petit à petit, je passais des nombres à la physique parce que la physique c’est aussi intéressant. C’est la compréhension finalement de l’univers, des lois, des interactions qui régissent les corps, etc. Il y a peut-être une difficulté majeure, cette confrontation au niveau international, c’est-à-dire qu’après la thèse, en général, il faut partir à l’étranger. On part un petit peu dans l’inconnu aussi, c’est un choix de vie aussi. On quitte son environnement familial, l’environnement national pour rejoindre l’inconnu mais c’est aussi très enrichissant parce qu’on découvre de nouvelles cultures, de nouvelles personnes. J’étais ravi d’aller passer deux ans aux Etats-Unis, même si je n’y resterai pas toute ma vie, pendant 2 ans, c’est parfait.