Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 118984 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

CHEF DE PROJET HUMANITAIRE

C'est le capitaine d'une mission humanitaire. Il suit de près l'évolution de la situation afin d'orienter au mieux les actions de terrain. En relation constante avec son ONG, il détermine la stratégie de la mission, tout en dirigeant une équipe.

Je suis chef de projet humanitaire dans une ONG. Ca consiste à aller travailler dans les pays du sud qui sont touchés par une crise qui soit une crise à la fois militaire par exemple pour des conflits ou des crises naturelles comme un tremblement de terre ou un tsunami. Donc on aide les populations à subvenir à leurs besoins, s’ils n’ont plus accès à la nourriture. Et quand la crise se termine, d’essayer d’avoir des revenus décents au niveau des familles pour pouvoir accès à l’éducation, à la nourriture. Et retrouver un niveau identique d’avant la crise. C’est une formation scientifique jusqu’au niveau du baccalauréat. Donc j’ai fait une école préparatoire et je suis rentré en école d’ingénieur en agronomie générale. Et donc j’ai été amené à aller au CNEARC, une école agronomique tropicale qui envoie beaucoup de personnes à la fois en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Ma première mission, ça a été en volontariat international et en fait au bout de 2 ans j’ai essayé de travailler en ONG. Et donc maintenant je travaille dans la problématique plus humanitaire. Chef de projet, ça englobe beaucoup d’activités. Bien sur, il y a le côté technique, mais il y a également une gestion d’une équipe, parce qu’on est en fait gestionnaire d’une équipe de personnes locales notamment. Donc il faut essayer de former ces personnes là, de les suivre sur le terrain. Et on gère également un budget, donc il faut essayer d’avoir un suivi de l’argent qu’on a reçu pour une activité donnée. Ce qui me plaît le plus en fait dans mon travail de terrain, c’est essentiellement de faire de la formation. Parce que je viens de France, j’ai fait des études. Mais souvent quand je travaille sur le terrain j’ai des personnes qu’ont énormément de capacités et qui n’ont pas eu la chance d’aller dans des pays dans lesquels on peut faire des formations précises jusqu’à un master par exemple. Et donc j’ai souvent pris du temps à former les personnes qui sont avec moi. Et donc souvent ça permet de rendre ces personnes moins dépendantes de nous pour pouvoir elles-mêmes gérer des projets et aider leur propre pays.