Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 303055 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

AUXILIAIRE SPÉCIALISÉE VÉTÉRINAIRE

À la frontière du secrétariat médical et des soins infirmiers, le métier d'auxiliaire spécialisé(e) vétérinaire (ASV) est avant tout un métier passion. Mais qui requiert aussi polyvalence, savoir-faire et sang-froid à toute épreuve.

Gladys Gomichon , auxiliaire spécialisée vétérinaire depuis 4 ans. Ce choix est venu beaucoup plus tard puisque mes études n’ont pas été portées au départ sur le métier d’ASV. C’est le fait d’être au contact avec des animaux et avec mes propres animaux. L’envie vraiment de les soigner à maximum qui m’a motivé pour faire ce métier là. Le métier d’ASV consiste dans un premier temps à accueillir les clients. Tout ce qui va être accueil clientèle, prise de rendez-vous, les conseils et la vente au comptoir qui peuvent être effectués. Ensuite, tout ce qui va consister à gérer le stock de commandes, que ce soit médicaments, alimentaire ou matériel. L’ASV peut être amené à aider le vétérinaire pour tout ce qui va être les soins aux animaux et les examens complémentaires. Le quatrième point consiste à assister le vétérinaire lors des chirurgies et puis le dernier point tout ce qui va être nettoyage et entretien des locaux. Nous avons des horaires déterminés par rapport aux horaires d’ouverture de la clinique. Il y a pas de journée type. Donc il faut un petit peu se rendre disponible pour le vétérinaire qui a besoin à n’importe quel moment de la journée. Même si c’est au cours d’une consultation, faut se rendre disponible et être prête. Pour être ASV, il faut avoir le sens du contact, être sociable, être rigoureuse et organisée. Et puis du dynamisme dans la mesure où lorsqu’on a par exemple plusieurs clients à l’accueil, savoir renseigner un propriétaire, être rapide tout en le satisfaisant, prendre un rendez-vous au téléphone, entendre d’une oreille la consigne du vétérinaire pour lancer un examen complémentaire. Disons que c’est un métier qui est très varié et qui du coup nécessite d’aller vite tout en étant compétent. Dans ce métier, les difficultés que je peux rencontrer vont surtout être par rapport à la mort d’un animal. Que ce soit une fin de vie suite de vieillesse ou un accident. Puisque forcément, il y a une souffrance qui se fait ressentir et ça c’est difficile à vivre. C’est un métier passion et plus qu’un métier puisque j’aime ce que je fais. Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Il y a des imprévus tous les jours. Quand on arrive le matin, on ne sait pas quelle va être la journée et ce qui nous attend, et c’est ce qui me plaît vraiment dans ce métier.