Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 4141 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE, MARYLINE

L'auxiliaire de vie sociale accompagne au quotidien (toilette, ménage, préparation des repas, courses) des personnes âgées ou handicapées pour les maintenir à leur domicile, tout en leur apportant une certaine qualité de vie.

Marilyne Nobleau, auxiliaire de vie sociale depuis mars 2001. Alors auxiliaire de vie sociale, ça veut dire, pouvoir intervenir dans différents milieux, différents secteurs et différents publics. Je peux intervenir chez les personnes âgées comme dans les familles. Ou alors chez les personnes handicapées ou malades. Donc il y a une polyvalence de personnes. Alors ma journée type, c’est le départ de chez moi, en général vers 7h30-7h45. Les premières interventions peuvent commencer à 8h ou 8h15. Et c’est échelonné sur des durées d’intervention de 3 ou 4 heures et à ce moment là je peux accompagner les enfants à l’école, les aider aussi à préparer leur petit-déjeuner et bien sur toutes les tâches ménagères faites avec la maman ou sans la maman si elle est vraiment fatiguée. Mon intervention permet à la maman de se reposer. Intervenir, c’est aider, accompagner, écouter et être à l’écoute vraiment de la personne. Alors les compétences essentielles pour bien effectuer ce métier auprès des personnes, c’est avoir le sens de l’observation, le sens de l’écoute aussi, avoir de la patience, le sens de l’organisation. Aimer aussi faire le ménage bien sur, être aimable et respectueux envers les personnes que l’on aide. Je pense qu’il faut être équilibré pour faire ce travail la. Il faut savoir partir de la maison quand on part de chez la personne aidée en oubliant ce qui s’est passé dans cette maison la. Et se dire, on part, on rentre chez nous. On ne doit pas emmener les problèmes avec nous. Et vice-versa quand on arrive chez la personne aidée c’est pareil, si on avait d’autres problèmes qui nous tracassent et bien on ne doit pas arriver avec ces problèmes la chez la personne. Le matin quand je pars travailler, ce qui me donne vraiment l’envie de travailler, c’est que je me dis que je vais encore retrouver des personnes qui vont peut-être avoir le sourire et redémarrer leur journée du bon pied. Ca, ça fait plaisir. C’est un beau métier. C’est un beau métier et on en a besoin. Il y a beaucoup de familles qui en font la demande et beaucoup de personnes âgées qui ont besoin des personnes comme nous pour venir à leur domicile.