Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 57891 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

ATTACHÉE DE RECHERCHE CLINIQUE

Avant sa mise sur le marché, un nouveau médicament est testé sur des malades volontaires. C'est à l'attaché de recherche clinique (ARC) qu'en revient le suivi scientifique et administratif.

Je m'appelle Sandrine Geha, je suis attachée de recherche clinique pour un laboratoire pharmaceutique et je suis chargée de mettre en place et de vérifier au bon déroulement des essais cliniques dans des centres. Donc les centres sont aussi bien des hôpitaux que des cabinets médicaux. Un essai clinique, c'est un essai qui va permettre à terme de mettre sur le marché un nouveau médicament. Il y a une équipe internationale qui met sur pied une étude donc avec tout le déroulement, avec les visites, les traitements, les examens à faire. A partir de ce protocole, je recrute le médecin. On met en place l'essai. L'attachée de recherche clinique peut expliquer le déroulement de l'étude au médecin et à son équipe et ensuite les médecins et leurs équipes sont chargés de mettre sur pied dans leur centre respectif les examens sur des patients qui acceptent librement de participer à cet essai. Et ces patients vont donc prendre le traitement tel qu'il a été défini et le médecin va vérifier qu'il n'a pas d'effet indésirable. L'attachée de recherche clinique vient récupérer ces données dans un cahier ce qu'on appelle un cahier d'observation et c'est ces données qui vont permettre de faire l'analyse de l'étude en fait. La réglementation veut que le patient soit anonyme. Moi en tant qu'attachée de recherche clinique, je n'ai jamais vu de patient, je n'ai vu que son dossier médical. Le fait de ne pas avoir de contact avec les patients, à la limite, moi, je trouve ça plus sain. Il y a des fois des dossiers où c'est difficile de pas avoir la gorge qui serre. Il y a beaucoup de détails qui font que c'est vivant, enfin, c'est pas juste des données, des chiffres. Quand on voit qu'un patient à l'entrée de l'essai on lui donne 3 à 6 mois d'espérance de vie et que 2 ans après il continue son traitement. C'est vrai que c'est satisfaisant. Mon environnement de travail, c'est différents environnements de travail, puisqu'il y a le travail que j'effectue avec les équipes internationales. Il y a l'équipe de cancérologie avec qui on travaille. Donc il y a le chef de projet clinique, le chef de projet développement, le chef de projet médical. Il y a nos assistantes aussi qui nous aident beaucoup. Donc c'est un travail de groupe. Les qualités nécessaires pour faire le métier d'attachée de recherche clinique, en premier lieu, loin devant toutes les autres, c'est l'organisation. On nous demande toujours de prévoir, de prévoir combien de patients vont être inclus dans les aides, de prévoir donc les stocks, qu'il n'y ait pas de patient sans traitement. De prévoir des réunions, de prévoir un planning par rapport aux remontées des données, prévoir, prévoir… De toute façon le métier, c'est de l'anticipation. Pour devenir attachée de recherche clinique, il faut à la base plutôt un diplôme scientifique. L'attachée de recherche clinique c'est le trait d'union entre l'industrie pharmaceutique et le médecin, entre la molécule et le traitement mis sur le marché, c'est un petit peu un point incontournable.