Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 6048 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

ANIMATEUR DE STATION

Généraliste ou spécialiste, il (elle) peut être chargé d'accueil, animateur de loisirs pour enfant, animateur sportif, animateur nature... ou tout cela à la fois (...).

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Voilà, donc je m’occupe des évènements et des animations sur Chamrousse. Alors pour tout ce qui est animation, on passe un petit peu du coq à l’âne. On va passer sur des balais-ballons, des activités de luge, des activités un petit peu récurrentes et ludiques. Et puis, je vais m’occuper de tout ce qui est évènement. Donc des choses qui sont déjà un petit peu plus grosses comme des slaloms géants avec l’ESF ou des rencontres multi-marques sur la station ou des compétitions de snowboard et de ski en free style. Je dirai des évènements qui nécessitent des installations un peu plus importantes en logistique et en moyens techniques. On essaie de diversifier un petit peu toutes les activités entre le lundi et le vendredi de façon à ce qu’on puisse proposer des activités un petit peu pour tout le monde. Les plus jeunes, les moins jeunes, essayer de regrouper un peu plus tous les âges on va dire. Donc, il faut être organisé effectivement. Je ne travaille pas tout seul bien évidemment. On travaille en corrélation avec les équipes municipales, les services manifestation. On travaille aussi avec la police municipale pour la voirie, etc., etc. On travaille aussi avec les différents partenaires de la station : les commerçants, les restaurateurs. Donc effectivement, c’est un travail et de communication et de relationnel et un travail aussi de préparation d’évènement traditionnel comme on peut trouver dans une société d’évènementiel ou dans une structure évènementielle. On passe aussi un petit peu de temps au bureau, ce n’est pas notre fort puisqu’on préfère être sur le terrain. Alors, un cahier d’adresse, je dirai même que c’est vital pour ce métier. Donc moi j’en ai un par exemple avec les premiers contacts que j’ai pris dans les années 85-90. C’est vraiment l’outil de travail nécessaire et indispensable pour effectuer ce métier. Il faut être communicatif, il faut être terrain aussi, il faut aimer avoir les pieds dans la neige ou les pieds dans l’eau si on est au bord de la mer. Je pense que ce qui est important aussi c’est d’essayer dans la mesure du possible d’avoir une ou deux langues à son actif puisqu’on a de plus en plus de touristes étrangers qui viennent maintenant sur le domaine skiable. Après, être un petit peu sportif peut-être, si ça arrange aussi un petit peu les choses. J’ai vécu à Paris, j’y suis même né. J’ai vécu à Paris pas loin d’une bonne vingtaine d’années. Et donc dès que j’ai commencé à devenir un peu plus adulte et d’être un peu plus autonome, j’ai pris l’initiative et le choix de venir m’installer à la montagne. Alors c’est sur, il y a des moments qui sont un petit peu durs. Mais, je crois que les gens qui vivent en ville, dans les grandes villes, ont des moments beaucoup plus durs que ceux que je peux avoir.