Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 294197 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

ANESTHÉSISTE RÉANIMATEUR

De la dermatologie à la pédiatrie, la profession compte une quarantaine de disciplines. Actuellement, la France manque d'anesthésistes-réanimateurs, de pédiatres, de gynécologues-obstétriciens et de psychiatres.

Je suis anesthésiste réanimateur et urgentiste. J'ai 33 ans. Je suis salarié de l'hôpital publique. Notre formation d'anesthésiste réanimateur nous donne les deux compétences :on endort les patients et il faut qu'on les réanime, qu'on les réveille. Donc c'est intimement lié. Je travaille en équipe. Evidemment, le métier d'anesthésiste réanimateur, c'est un métier en collaboration avec les infirmières anesthésistes ou les infirmiers anesthésistes, les infirmiers diplômés d'état, les aides-soignants. C'est une chaîne à l'hôpital et l'anesthésiste réanimateur est le coordinateur de cette équipe. Le métier d'anesthésiste réanimateur requiert plusieurs compétences. Il y a des compétences techniques bien évidemment, de connaissance des produits, de connaissance des gestes avec une précision dans les gestes. La deuxième compétence, à mon avis, c'est une compétence humaine, relationnelle. On annonce des diagnostics graves, parfois des décès. Il y a une relation médecin-malade dans la consultation d'anesthésie qui est indispensable aussi au quotidien. C'est un métier à soin continu, 24h sur 24. Ca veut dire que, tout au long de notre carrière, on va faire des gardes de nuit, des gardes de week-end et ça peut avoir un impact notamment sur notre vie de famille. C'est un métier stressant dans le sens où la sanction peut être immédiate. On utilise des produits d'anesthésie ou de réanimation qui sont des produits extrêmement efficaces mais mal utilisés avec un manque de précision, les conséquences pourraient être dramatiques. On fait 6 ans de médecine. On passe ensuite un examen classé en national qui permet de choisir une spécialité. Moi, j'ai choisi l' anesthésie réanimation, et c'est une spécialité en 5 ans. A l'issue de ces 5 ans, on peut éventuellement effectuer un clinicat, être chef de clinique et c'est 2 ans supplémentaires avant de pouvoir passer le concours de médecins des hôpitaux. Donc ça doit faire quelque chose comme un Bac + 11 ou 13. Pourquoi j'ai choisi d'être médecin, je ne me suis jamais posé la question. Il n'était pas question pour moi d'être ingénieur. Il y avait une vraie quête de sens et pour moi ça a un sens d'être médecin. Ensuite la spécialité, c'est une spécialité technique, humaine, riche, variée et c'est pour ça que toute cette diversité d'exercice a été pour moi décisive pour être anesthésiste réanimateur.