Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 60219 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

BTS DESIGN DE MODE

Guillaume Victor et Sika, deux étudiants en 1re année du BTS design de mode, textile et environnement option mode, nous parle de ce diplôme qui forme à la création et au stylisme.

Le BTS, c’est vraiment la base d’un cursus de mode. L’idée de ces deux ans c’est d’apprendre les techniques de la mode, les techniques de la couture mais aussi tout simplement le process de création pour développer les vêtements. C’est vrai que l’idée est de développer un univers professionnel pendant ces deux ans, ça nous permet de voir tellement de choses qu’au final on sait ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas. C’est un programme plutôt dense puisqu’on a quand même 32 heures par semaine. On a deux pôles, celui qui correspond aux matières professionnelles technologiques avec des cours de prototypage, de technologie créative, technologie du vêtement et en même temps on garde des cours d’enseignement général donc du français, des sciences physiques. On est dans une transversalité. En ce moment, nous sommes en train de développer un projet qui nous permet de travailler plusieurs matières en même temps. On mélange des prototypages qui sont plutôt des cours de couture avec le cours de technologie créative, tout ce qui est sérigraphie, tout ce qui est maille, etc. Toutes ces matières sont un ensemble et ça nous permet à l’issue de la deuxième année de présenter une collection qui nous est propre. L’idée de cette collection, c’est de mélanger tout ce que l’on a appris dans toutes les matières pour créer une ligne de vêtements donc aussi bien l’aspect prévisuel donc tout ce qui est image de mode mais aussi bien sûr les prototypes donc du vêtement et en même temps avoir l’aspect marketing parce qu’on a par exemple des cours d’éco gestion. C’est vraiment créer une collection comme si on était un professionnel. Ce qui est bien, c’est que nous n’avons pas de limite dans la création et nous avons beaucoup de moyen. Je suis plus ou moins frustrée car je n’ai pas le temps de faire tout ce que j’ai envie de faire. C’est vrai que deux ans c’est assez court. Le fait de pouvoir poursuivre un DSA ou une licence pro, c’est quelque chose de bien. Je trouve que c’est important. Je ne me suis jamais autant épanouie dans mes études, j’ai vraiment trouvé ma voie. Tout est naturel et les résultats sont là aussi. C’est vraiment une passion qu’on mêle avec du travail donc la seule difficulté je dirai, c’est parfois gérer son temps de manière à pouvoir avancer sur son projet qui nous tient énormément à cœur. Sur notre temps libre, on adore travailler sur nos projets d’école. Parfois, on oublie un peu tout ce qui est vie de famille, vie sociale en général. Ma difficulté personnelle c’est l’oral. Même si on fait un bon projet, il faut savoir le défendre et c’est quelque chose à travailler. Les professeurs sont là pour nous aider. Comme disait Guillaume, sortir, voir des amis, c’est quelque chose à mettre un peu de côté à certain moment mais ça paie au final. C’est vrai que c’est assez soutenu, il faut surtout compter sur beaucoup de travail personnel. Quand on est à l’école, on essaie de faire ce que l’on ne peut pas faire chez soi, que ce soit de la découpe laser, de la maille, de la sérigraphie, de l’impression numérique sur tissu. Chez soi, il faut continuer à avancer et c’est pour cette raison que c’est important d’avoir son matériel. Dès le début de l’année, on nous demande une machine à coudre, un mannequin parce que c’est important de pouvoir travailler chez soi. Je sais qu’il m’arrive de penser sans cesse à mes projets. Ce qui est bien, c’est qu’on nous propose des petits stages pendant les vacances chez des créateurs ou bien être assistant d’habilleur de défilé aussi. C’est très formateur. On a tout le temps des petites connexions, des petits coups de pouce de nos professeurs qui nous permettent de trouver un petit job. Ça nous permet de nous construire un CV pour avoir ce fameux stage qui va bientôt commencer. J’aimerai bien idéalement être directeur artistique création et image parce que je suis très intéressé par tout ce qui est création mais aussi tout ce qui touche au marketing. Et moi, je serai sa directrice de collection. Moi, ce serait du stylisme pur et dur. Ce qui est bien dans cette formation, nous n’avons pas de limite donc c’est le moment d’être créatif parce qu’il paraît d’après les anciens qu’une fois qu’on entre dans le monde professionnel, ce n’est plus pareil. Du coup, on en profite.