Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 66380 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

ACCOMPAGNATEUR DE MOYENNE MONTAGNE

L'accompagnateur en moyenne montagne organise des randonnées à pied ou en raquettes. Il fait découvrir à sa clientèle la faune et la flore du milieu naturel mais aussi son patrimoine culturel.

Je m’appelle Fred. J’ai 35 ans et je suis accompagnateur en moyenne montagne. Je suis moniteur de ski nordique au départ, accompagnateur moyenne montagne. Je mixe deux activités. Je propose aux gens de découvrir une activité qui est plutôt hivernale, le biathlon, en mixant un petit peu la course à pied et la course d’orientation en les initiant à l’orientation par le biais de mon diplôme d’accompagnateur moyenne montagne. Il faut passer ce qu’on appelle un probatoire. Le probatoire en fait, c’est un test d’entrée durant environ une bonne vingtaine de kilomètres avec un sac à dos de 10 kg et un temps imparti. Ca c’est le test d’entrée. Il faut ensuite faire ce qu’on appelle de la marche en pierrier. Les jurys sont là pour voir un petit peu comment on évolue sur du terrain accidenté. C’est donc un brevet d’Etat qu’on appelle premier degré. Ce diplôme va nous permettre de travailler soit au sein d’une structure en tant que salarié ou comme moi par exemple en tant que travailleur indépendant. Il faut avoir un esprit parfois novateur. Il faut essayer de réfléchir et se dire dans deux ans qu’est-ce qui va marcher comme activité ? J’ai développé le biathlon-orientation parce que depuis quelques années, le biathlon est de plus en plus médiatique à la télé. Tout le travail qui est en amont, on ne le voit pas forcément. C’est-à-dire quand on encadre un groupe, les gens croient qu’on est en vacances toute l’année. Alors que ce n’est pas ça du tout. On change sans arrêt d’activités. On n’est jamais à faire la même chose. Ce n’est pas un travail qui est rébarbatif. C’est justement ce qui est intéressant. Il faut tout le temps essayer d’avoir des idées nouvelles. On est aussi un petit peu des éducateurs à l’environnement et je pense qu’en ce moment c’est ce qui compte beaucoup, c’est de faire comprendre aux gens que la nature dans laquelle on se déplace est fragile. On est tous au départ plus ou moins des travailleurs indépendants. Certains, parmi nous, accompagnateurs montagne sont salariés de structure, par exemple, d’hébergement style des gros centres de vacances. Après, la grosse majorité sont travailleurs indépendants et doivent gérer au quotidien la recherche de leur clientèle pour avoir bien entendu un petit peu d’argent qui rentre dans le porte-monnaie pour la fin du mois. On est notre propre patron et lorsqu’on s’associe comme moi au sein d’un syndicat local, on appelle ça comme ça. En fait, on embauche une secrétaire pour la saison complète. Et puis il va falloir tous se sortir les mains des poches pour faire marcher tout ça. Lorsque j’aurai 45 ou 50 ans, il sera peut-être temps de passer à autre chose donc j’ai déjà commencé ma reconversion dans de la menuiserie. Ca risque très certainement dans les années futures à me permettre de travailler sur la saison par exemple d’hiver sur l’accompagnateur moyenne montagne, puis sur la saison estivale peut-être faire autre chose. C’est un petit peu cette idée là. C’est de rester dans le contact avec les choses qui proviennent de la nature.