Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 2492 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

CITÉ ORIENTÉE - MATHIS, 15 ANS, FUTUR PROGAMMEUR DE JEUX VIDÉO ?

Mathis, 15 ans, souhaiterait être programmeur de jeux vidéo. Il a commencé à programmer à 10 ans, a appris seul le langage html... Autodidacte passionné, il a cependant peur que ce métier soit trop solitaire.

Je m’appelle Mathis, j’ai 15 ans et j’habite à Nanterre. Mon père travaille à la Préfecture au service des finances et ma mère travaille à la crèche. Quand mes parents se sont séparés, j’avais environ 5 ans. J’habite à Nanterre, une fois chez mon père, une fois chez ma mère et j’ai un frère du nom d’Enzo. J’ai un caractère assez bizarre. A certains moments, je peux être assez drôle, assez facile à vivre et certaines fois, je peux être vraiment détestable alors que justement j’ai envie de vous faire rire. C’est parfois assez compliqué. Je suis en seconde 6 au lycée Joliot Curie. Mes matières préférées sont l’histoire-géo, les mathématiques, la science physique, svt, en gros toutes les matières scientifiques. Je dois être bon en sciences économiques parce que j’ai une bonne mémoire immédiate même si c’est quand même une matière qu’on peut apprendre assez facilement, ça ne m’intéresse pas particulièrement. Avant, quand j’étais enfant, je voulais déjà être footballeur. Ensuite, j’ai voulu être mangaka, c’est-à-dire dessinateur de bandes dessinées japonaises. Il me semble que pendant cette période, j’ai voulu être les deux. Plus tard, je voudrai être ingénieur informatique pour pouvoir travailler dans un studio de développement du jeu vidéo. Je touche à mon ordinateur depuis mes 6 ans. J’apprends la programmation, j’essaie d’utiliser certains logiciels pour créer certains jeux plus qu’amateur avec mes petites mains. Aujourd’hui, je connais le HTML 5, quasiment tout le JavaScript, le Ruby, un peu de Lua et en ce moment je suis en train d’apprendre le Jquery. Malheureusement, je n’ai jamais rencontré un programmeur de jeux vidéo. Si j’avais la chance d’en rencontrer un, je lui demanderai déjà les études qu’il a du faire pour pouvoir avoir ce poste. J’aimerai bien savoir si un programmeur doit juste rester devant son ordinateur ou s’il peut par exemple apporter sa touche dans les autres domaines du jeu vidéo comme la musique, le design et même le type de jeu qu’on doit développer. Je voudrai aussi savoir lorsqu’on fait justement des erreurs, même des petites erreurs, si on peut avoir des amis sur qui compter, des collègues qui peuvent un peu rattraper vos bourdes. Ça me fait peur parce que je sais qu’à cause d’un point-virgule, d’une parenthèse manquante, un programme peut être fichu. Pour l’instant, les heures supplémentaires, même la lassitude ne m’inquiète pas vraiment car quand on aime ce que l’on fait, généralement, on ne s’ennuie pas. LUCAS KOFFI (Père de Mathis) Petit garçon, Mathis était un garçon très timide. Petit à petit, lorsqu’il grandissait, on s’est rendu compte que le garçon timide et désintéressé n’était pas timide mais plutôt réservé et réfléchi avec une autonomie qui n’est que la conséquence de son caractère réfléchi. Je m’intéressais aux jeux vidéo, à tout ce qui attrait au développement des jeux vidéo, ce qui fait qu’il avait un petit terrain prédéfini. Il se débrouillait tout seul sans mon assistance. Ce qui me faisait penser qu’adulte, il se pencherait vers ce genre de secteur. Le monde du lycéen et le monde du travail, ce sont deux mondes un peu antagonistes. Je pense qu’il aura besoin de stages, de voir ce que c’est que la vie de l’entreprise. Jusque-là, je crois qu’il travaille bien à l’école, mais il ne connait pas encore la réalité professionnelle. Mathis a une très grande peur de mal faire si bien que même à l’école à certains moments, il a du mal à contrôler cette peur quand il tombe sur des problèmes où la solution n’apparaît pas si vite. S’il ne fait pas de la programmation, il peut faire de la physique expérimentale, de la littérature ou l’histoire, ce sont des secteurs qui peuvent l’intéresser, dans lesquels il peut exceller. Le problème n’est pas d’arriver au métier auquel on pense, mais c’est de se donner les moyens d’y arriver. Je pense que jusque-là, il se donne les moyens d’y arriver et il va y arriver. MADAME BEDIER (Professeur de Maths) Je connais assez peu de programmateur en jeu vidéo, je connais plutôt des programmateurs en informatique mais dans les domaines mathématiques, des enseignants, un petit peu des chercheurs. Je pense qu’il a le profil parce que d’une part il est passionné, d’autre part il est jeune, il a des facilités à communiquer, il s’intégrera bien dans une équipe parce que c’est quelqu’un qui a un caractère assez égal, qui discute facilement avec les autres. Et puis surtout, il est très rigoureux, je pense que c’est très important. En plus dans une entreprise, il est fiable. Il arrive à l’heure, il fait tout le travail qu’on lui demande et même plus. Il est capable de faire des heures supplémentaires pour boucler un projet donc je pense que pour ces raisons, il a le profil. Qu’il prenne vraiment plus confiance en lui parce qu’il a d’énormes qualités et il manque un petit peu de confiance en lui. Il a l’impression qu’il ne va pas toujours y arriver alors qu’il y arrive. Lorsqu’il vous évoquait la sanction j’ai peur de ne pas bien faire en entreprise, j’ai peur d’être sanctionné, que mes collègues de travail me juge, vraiment qu’il se préoccupe beaucoup moins du regard des autres surtout dans le monde des jeux vidéo où peut-être ce ne sont pas des gens de son milieu donc ça lui fait un peu peur. Nos élèves et Mathis en particulier ont vraiment des difficultés avec ça. Faut vraiment qu’il ait confiance et qu’il se dise je peux le faire. Aujourd’hui, nous sommes au studio Black Sheep studio basé à Paris dans le 20ème arrondissement. C’est un studio qui crée des jeux vidéo. Depuis ce matin, je trouve que ce studio a l’air assez sympathique, une bonne ambiance y règne. MARTIN MONTRIEUL (Game Designer) Moi c’est Martin. Je suis Game designer au studio Black Sheep studio. C’est la dernière version du jeu sur lequel on travaille tous ici. Ça va être intéressant pour moi de voir si tu arrives à comprendre ce qu’il faut faire sans mon aide. Tu te débrouilles plutôt pas mal parce qu'on n’a pas encore fait de tutoriel, donc rien qui explique au joueur. Je suis plutôt content de voir que même sans explication tu arrives à faire toute la boucle principale du jeu. Selon toi, qu’est-ce qui serait le mieux entre travailler pour un gros studio, pour un gros éditeur avec une ambiance pesante ou travailler justement pour un petit studio dans une petite équipe. C’est intéressant, parce que justement j’ai fait les deux. J’ai travaillé pendant longtemps à l’Ubisoft qui est une énorme boite et puis maintenant je suis dans une structure un petit peu plus petite. Je pense que je préfère les petites structures puisqu’on a plus facilement de lien avec les gens. On a des contacts plus faciles et beaucoup plus humains. Les grosses structures ont tendance à cantonner les gens dans un rôle très spécifique qui parfois est un peu rébarbatif alors que plus la structure est petite souvent plus justement on va avoir l’occasion de toucher à différentes tâches et voir différents corps de métiers. Les gens qui ont une multi-casquette ont plus facilement l’occasion de s’en servir dans des petites boites. Quand vous faîtes une erreur, est-ce que le grand patron est là pour vous sermonner ou vous pouvez facilement la rectifier. Il y a des erreurs que l’on ne pouvait pas prévoir pour lesquelles du coup les gens sont parfois compréhensifs par contre ce qu’on n’aime pas c’est quand on laisse des erreurs sur des versions de jeu qu’on envoie ensuite par exemple à l’éditeur ou au client. Et là par contre en général, il y a une plus mauvaise ambiance. Est-ce qu’un programmeur peut donner son avis sur d’autres aspects tels que l’infographie, le graphisme et même le fonctionnement du jeu. Oui tout à fait, c’est même assez fréquent. Parfois, je vais voir un des programmeurs en disant j’ai fait tel design de telle manière, est-ce que tu peux l’implémenter et lui en le regardant, il va me dire j’ai une idée si on le faisait comme ça ce serait beaucoup mieux et parfois c’est très pertinent et du coup je modifie mon design et je suis son idée. Personnellement, ce que je voudrai faire, une première S, avoir mon bac, faire une école de prépa et ensuite enchainer sur une école d’ingénieur. Est-ce un bon chemin pour faire ce genre de métier ou pas ? Je pense que oui, l’école d’ingénieur va t’ouvrir le plus de portes. C’est une formation qui va être très générale et dans le jeu vidéo on a besoin de cultures différentes. On a besoin d’un panel énorme d’outils en fonction des jeux sur lesquels on travaille et l’école d’ingénieur pour le programmeur c’est ce qui est intéressant. Dans mon expérience personnelle, j’ai rencontré des programmeurs qui venaient de milieux différents et ça ne les empêchaient pas d’être très bons si derrière il y a la motivation. Ils font chercher par eux-mêmes les connaissances éventuelles qu’ils leur manquent. Si tu as l’occasion de faire une école d’ingénieur, c’est effectivement le chemin qui t’ouvrira le plus de portes. Ca été une très bonne expérience pour moi. J’ai pu voir ce que faisait surtout le Game designer, le programmeur et les graphistes et comment une petite équipe assez sympathique pouvait s’organiser autour d’un projet. Le stage m’a confirmé une chose, oui je serai programmeur ou Game designer, au choix. Je pense que je préfèrerai nettement travailler avec une petite équipe. Programmer des jeux vidéo aujourd’hui m’intéresse véritablement, mais je pense que j’aimerai faire autre chose pour augmenter mon domaine d’expertise. Sans doute de l’animation, de l’infographie, ça me motive véritablement pour faire le métier de programmeur et de Game designer et pour continuer à approfondir mes connaissances sur les jeux vidéo.