Noter la vidéo Nombre de vues Commenter NOTER LA VIDÉO NOMBRE DE VUES COMMENTER J’aime sur Facebook (nouvelle fenêtre)
Vu 8262 fois
OK
DESCRIPTION TRANSCRIPTION

EUROPE : MOBILITÉ POUR TOUS - MATTHIEU CHATELIN, ÉTUDIANT FRANÇAIS AU ROYAUME-UNI

Matthieu poursuit des Etudes internationales. Handicapé moteur cérébral, il a choisi Londres (Royaume-Uni) en raison des aménagements de l'Université. Il encourage les jeunes en situation de handicap à vivre des expériences de mobilité en Europe.

UNE VIDÉO PRODUITE PAR

Je m'appelle Matthieu, j'ai 22 ans. Bienvenue au Royaume-Uni, où je fais un master en études internationales à l'université de Londres. J'ai eu un Bachelor of Arts en politique internationale et politique comparative, délivré par l'université américaine de Paris. Et avant cela, j'ai eu un baccalauréat économique et social à Paris. Bonjour ! Ça va ? Tu as l'air un peu fatigué. Bonjour. Il est 7 h 29 du matin, donc il faut se lever et se préparer pour la journée qui nous attend. Mon handicap, c'est une paralysie cérébrale. Ça provoque, dans mon cas, des problèmes moteurs et des troubles cognitifs. Là, vous ne le voyez pas parce que j'arrive à m'exprimer, mais les mathématiques, c'est pas forcément évident, la construction des phrases et des idées, chez moi, ça peut être différent. Timo, tu fais quoi ? Ça va ? Bien, le français ! Je prépare le petit-déjeuner. Il est 8 h 32. En matière de personnes avec un handicap, le Royaume-Uni a quand même été, avec les pays scandinaves, un des précurseurs. Et c'est vrai que ma vie est beaucoup plus facile et j'ai beaucoup plus d'opportunités et de possibilités ici qu'en France. J'ai parlé à ses professeurs et à son directeur. Ça les intéresse particulièrement parce que c'est un cours de politique internationale où ils étudient les problèmes sociaux à travers le monde. Et s'ils avaient uniquement des étudiants britanniques avec tous le même parcours, ça n'irait pas avec l'esprit du cours. Donc ils sont ravis d'avoir un étudiant français avec un handicap. Il y a un défi qui se posait pour eux, c'était que j'allais être le premier handicapé qui allait venir avec un auxiliaire. Et avec un handicap physique lourd. Par exemple, ils ont aménagé toutes les portes du lieu de la résidence, ce qui a représenté un coût assez important pour l'université. En ce qui concerne les cours, ça a parfois été un peu plus compliqué parce que s'est posée la question : jusqu'où on avantage ou on n'avantage pas ? Pour moi, par exemple, on a créé du temps supplémentaire. Il est 22 heures et 36 minutes, je ne peux pas vous donner les secondes. Là, je rentre de mon cours d'islandais, je rentre chez moi, dans mon appartement qui se trouve de ce côté-là. Je suis en colocation avec 6 autres personnes. Il y a une bonne cohabitation. Et puis, j'ai deux assistants pour m'aider, qui s'appellent Andre et Timo et qui sont tous les deux allemands. Je pense que j'ai changé, que j'ai gagné en indépendance en étant au Royaume-Uni, que je suis plus heureux ici. J'ai des projets pour aider les autres. Je voudrais travailler pour un gouvernement, que ça soit français, britannique ou autre. Le conseil que je donnerais à une personne qui a un handicap : ça peut être dur, mais faites-le, car plus il y en a qui le feront, plus les démarches seront simplifiées. Avec le soutien de votre famille et de vos amis, c'est bien. Il faut être gentil avec les gens. Et puis sinon, foncez ! Go ahead !